Partager


En attendant la proclamation officielle et définitive des résultats des législatives l’heure est au positionnement et accusations, entre les différents candidats. Au vu des résultats provisoires, nous pouvons dire que la nouvelle assemblée nationale sera différente des autres, celles de 1992, 1997 et 2002.

Cette nouvelle assemblée abritera une dizaine d’anciens ministres et surtout, une figure emblématique de l’opposition et non moins ancien secrétaire général de l’Association des Eléves et Etudiants du Mali qui, depuis, est devenu un alter-mondialiste. Il s’agit de Oumar Mariko, secrétaire général du parti SADI, un parti qui n’est ni de la droite, ni de la gauche. Ce qui fera dire, aux observateurs de la scène politique, que la nouvelle assemblée sera très animée en débats. Et que leurs impacts constitueront un apport dans l’évoluton des propositions et projets de loi qui seront adoptés pour la nouvelle législature.

En plus des expériences gouvernementales de ces anciens ministres, le nouveau parlement bénéficiera de l’aura de Oumar Mariko, qui se considère comme défenseur des sans voix. D’ailleurs, c’est à Niono et à Kolondiéba que son parti a engrangé ses députés, dont lui-même. M. Mariko, qui ira s’ajouter aux 9 anciens ministres, tentera de marquer son empreinte à l’Assemblée, en compagnie des Hamidou Diabaté, Konimba Sidibé…

L’arrivée d’un alter-mondialiste au sein de la plus haute instance du pouvoir politique sera un atout pour exprimer toutes les préoccupations des populations. L’élection de Oumar Mariko est une belle revanche pour cet orateur qui a participé activement à l’avènement de la démocratie malienne. Mais il s’est toujours démarqué des démarches et stratégies adoptées par ses anciens amis et compagnons du mouvement démocratique, sur la conduite à mener le processus démocratique, depuis 1991.

C’est dire qu’il sera très difficile de manipuler le secrétaire général du parti SADI et qu’il faut s’attendre à des vrais débats houleux sur les sujets nationaux lors des plénières. Son arrivée ne sera pas surtout de tout repos pour les éventuels ministres du gouvernement. On se rappelle que lors des élections législatives de 2002, le parti SADI avait obtenu 6 députés qui ont finalement claqué la porte pour aller créer leur propre parti. Aujourd’hui Oumar Mariko, en réussissant lui-même à se faire élire à Kolondièba entend tout mettre en oeuvre pour tenter de consolider son image et sa crédibilité, surtout dans la zone Office du Niger.

Malgré ses quatre députés, Oumar Mariko n’entend pas se laisser faire par les partis majoritaires comme l’Adema, l’URD ou le RPM. Selon des sources proches de son entourage, il entend jouer sa partition pour rappeler les députés à l’ordre sur leur rôle. C’est aussi une occasion pour lui de retrouver ses compagnons de lutte de1991 comme Dioncounda Traoré, Hamidou Diabaté.

Cette nouvelle assemblée nationale ne sera donc plus désormais une chambre d’enregistrement, mais un lieu de débats et échanges d’idées fructueuses pour le bien-être de la démocratie malienne.

Sadou BOCOUM

08 août 2007.