Partager

A l’issue de la réunion du groupe parlementaire Adéma-PASJ (53 députés), hier mercredi 30 mai 2012 dans la salle Mahamane Alassane Haïdara de l’Hémicycle-où se réunit habituellement la commission des finances- la cinquantaine de députés de ce parti ont accordé leur violon autour de la candidature de l’honorable Me Kassoum Tapo pour succéder au Pr Dioncounda Traoré à la tête de l’institution législative.

L’honorable Oualy Diawara, élu en commune I du district de Bamako s’est finalement désisté en faveur du député élu à Mopti et rapporteur de la commission des lois. Plusieurs députés ont affirmé que Me Kassoum Tapo a le profil nécessaire pour diriger l’Hémicycle. Quant à l’honorable Yaya Sangaré, élu à Yanfolila, le fait qu’il est député du Parlement de la CEDEAO a été évoqué pour lui faire comprendre qu’il ne peut pas être disponible pour assurer cette fonction. Ce qu’il a fini par comprendre.

Il semble que le député CNID-FYT élu en commune I, (collistier de Oualy Diawara, Moussa Oumar Diawara dit Bati pourrait également se désister en faveur de Me Tapo, qui a déposé officiellement sa candidature hier près la commission mise en place pour ce fait. Celle-ci est présidée par Témoré Tioulenta, élu à Mopti et comprend entre autres, Abou Zéidi Maïga et Soumbounou.

La commission a demandé que la clôture du dépôt d’éventuelles autres candidatures est fixée à aujourd’hui jeudi à midi. Mais, d’ores et déjà, elle proposera au comité exécutif de soutenir la candidature de Me Kassoum Tapo. la majorité des députés présents se sont ainsi rangés derrière la candidature de Me Kassoum Tapo, actuellement porte-parole du Front anti-putsch.

Il faut signaler que le 2ème vice-président de l’assemblée nationale, l’honorable Assarid Ag Imbarcaouane, absent du pays, n’a pas encore officiellement fait acte de candidature. Ce qui poussent plusieurs parlementaires à conclure que Me Kassoum Tapo sera investi unique candidat de l’Adéma et va l’emporter face à l’actuel 1er vice-président de l’institution, l’honorable Younoussi Touré de l’URD.

Bruno D SEGBEDJI

L’Indépendant du 31 mai 2012