Partager

Appuyer les organisations féminines pour leur professionnalisation

Dans le cadre de l’élaboration du bilan des appuis de la première phase des projets, de l’évaluation des forces et faiblesses, le Projet de Renforcement des Capacités des Organisations Féminines du Mali (RECOFEM) a tenu une assemblée générale le samedi 5 juillet au centre Aoua Keïta.

L’ouverture de l’assemblée était présidée par M. Youssouf Sangaré, Secrétaire général du ministère de la Promotion de la Femme, de l’Enfant et de la Famille, en présence des représentants des régions du pays.


Le discours d’ouverture

Dans son discours d’ouverture, M. Sangaré a précisé que le RECOFEM est un projet initié conjointement par l’ACBF et le ministère chargé d’appuyer les organisations féminines en vue de leur professionnalisation. Selon lui, le projet bénéficie de l’appui de la Fondation pour le Renforcement des Capacités en Afrique (ACBF) et du gouvernement malien pour une durée de 4 ans. Il prend fin en principe en janvier 2009.

Au cours de cette première phase, le projet a enregistré des résultats à travers ses différentes composantes, à l’interface/plaidoyer, la formation, les conférences, séminaires et les études/recherches. Au regard des résultats importants enregistrés, mais face aux défis énormes à relever, l’Etat malien et le bailleur principal qu’est l’ACBF, ont estimé qu’il convenait de poursuivre ce programme et l’intensification au cours d’une seconde phase.

La définition de cette nouvelle phase nécessite d’abord une information claire sur le projet et ses modalités de financement des capacités en vue de les prendre en compte dans la mesure du possible, lors de la deuxième phase qui s’annonce.


Le but de l’assemblée générale

L’assemblée générale des bénéficiaires avait pour but de faire le bilan des appuis de la première phase du projet afin d’en évaluer les forces et les faiblesses et de définir les nouveaux besoins sur une période de quatre ans. Pour ce faire, les participants bénéficieront de l’assistance des membres du comité de pilotage du projet qui suivront les travaux de groupe afin d’orienter les débats et de donner plus d’éclairage dans la définition de leurs besoins.

Une telle méthode participative dans la définition des actions est l’approche privilégiée du ministère de la Promotion de la Femme, de l’Enfant et de la Famille pour répondre aux besoins réels des femmes. Cette assemblée a vu la participation massive des femmes bénéficiaires du projet RECOFEM venant de toutes les régions du pays.


Ousmane BERTHE (Stagiaire)

08 Juillet 2008