Partager

Le chef du gouvernement de la transition, Dr Choguel Maïga, est attendu à New -York dans les prochains jours, où il prendra  la parole  ce samedi au nom du Chef de l’Etat de la transition sur la tribune de la 76ème Assemblée générale des Nations-Unies par rapport à la situation qui prévaut au Mali.

-maliweb.net- Le Mali sera représenté lors de la 76ème assemblée générale des Nations -Unies par son Premier ministre qui s’est ouverte à New York. La délégation malienne sera accueillie par le Ministre des Affaires étrangères et de la Coopération Internationale, Abdoulaye DIOP, déjà présent au siège des Nations-Unies pour l’ouverture des travaux  de la session en cours.

Selon un conseiller à la primature,  le discours qu’il prononcera  à la tribune des Nations -Unies sera  consacré essentiellement à la situation qui prévaut au Mali. Notre source de soutenir que pour ce premier déplacement hors du continent africain depuis sa prise de fonction il y a plus de 100 jours, Dr Choguel Kokala Maïga,  s’exprimera sur les réformes en vue sur le processus électoral, notamment l’utilité de la création de l’organe unique aux élections, les assises nationales de la Refondation et la révision Constitutionnelle.

Toujours selon ce conseiller à la primature, le Chef du gouvernement plaidera devant les pays membres des Nations-Unies la situation sécuritaire au Mali. « Il va plaider pour la robustesse du mandat de la MINUSMA et présentera la stratégie nationale sur la sécurisation des régions du centre », confie notre source. Le Mali a récemment refusé une augmentation du nombre des casques bleus arguant que les autorités de la transition n’ont pas été associées aux discussions.  Aussi, poursuit notre source, le voyage New-Yorkais serait également l’occasion pour l’exécutif  d’évoquer la réforme de la justice en cours et la lutte contre la corruption, notamment l’audit des services publics et l’examen judiciaire des dossiers de détournements des deniers publics.

En attendant  l’arrivée du chef de la délégation malienne, un bras de fer oppose déjà les autorités de la transition  et les Nations-Unies sur la conduite du processus de la transition. Récemment le Conseil de sécurité a produit un document dans lequel il s’est opposé à toute tentative de prolongation de la transition et a recommandé à Bamako de proposer un chronogramme électoral devant permettre de sortir de la période transitoire. Bien que les autorités n’aient jamais indiqué qu’elles excéderaient le délai de 18 mois, le premier ministre a déclaré  lors de la visite de la dernière mission de médiation de la CEDEAO que « ce sont les conclusions des assises nationales de la refondation qui détermineront le nouveau chronogramme électoral ».

C’est un ballet diplomatique qu’attend dans les prochains jours le chef du gouvernement aux Nations-Unies au moment où le Mali est engagé dans un autre bras de fer avec le monde occidental par rapport  aux rumeurs de signature d’un éventuel accord de coopération militaire avec le groupe russe Wagner révélées par l’agence de presse britannique Reuters.

Siaka DIAMOUTENE

SOURCE : maliweb.net