Partager

Par – Date: il ya 52 minutes Article lu 54 fois (actualisé toutes les 30mn)
Taille de la police: Decrease font Enlarge font

Les soufis du Mali étaient en assemblée générale, le samedi 21 avril 2012 au centre international des conférences de Bamako, sous la présidence de leur Guide spirituel, Cheick Soufi Bilal Diallo. La rencontre qui a enregistré la participation des centaines de délégués (provenant des zawiyas) de cette confrérie musulmane, venus de toutes les régions du Mali et du district de Bamako, a permis au maître Soufi Bilal d’appeler les différentes parties dans la crise malienne à un strict respect du retour à l’ordre constitutionnel.

Cette assemblée générale, à laquelle ont pris part des responsables politiques comme Modibo Sangaré de l’UNPR, a commencé par des louanges à l’honneur du Guide spirituel Cheick Soufi Bilal Diallo. Celui-ci a ensuite psalmodier quelques prières de bénédiction pour le Mali et pour le repos des victimes derniers événements survenus dans le pays.

Cheick Soufi Bilal Diallo a expliqué les concepts de  » pureté intérieure, tolérance et amour du prochain  » qui guident les soufis de par le monde. Pour lui, le soufi se fait un devoir spirituel de se connaître soi-même, de connaître son prochain, l’aimer et aimer Dieu. Il n’a pas manqué d’indiquer que le soufisme peut varier légèrement selon les maîtres ou les guides.

Abordant l’actualité nationale, le Guide spirituel des soufis du Mali a décrit les rapports de collaboration qui existent entre la Communauté musulmane des soufis du Mali (CMS-Mali) et le Haut conseil islamique. Des rapports mis à profit pour réfléchir à la crise consécutive au coup d’Etat du 22 mars. Avant l’intervention du Guide des soufis, le président de la CMS-Mali, Kalifa Sadio Bilal a appelé les soufis à s’engager pour la recherche de solutions aux problèmes que traverse le Mali.

A la fin des travaux, les participants ont adopté plusieurs résolutions. Ainsi, les soufis du Mali invitent  » toutes les parties au respect strict du retour à l’ordre constitutionnel, conformément à l’esprit de l’Accord-cadre signé entre le CNRDRE et la CEDEAO ».
L’Assemblée générale des soufis du Mali demande également aux autorités et à la population d’éviter toute amalgame entre Touaregs, Arabes et les rebelles armés. Elle dénonce l’usurpation du nom Ançar Dine par des groupes armés avant de partager les douleurs et l’injustice qu’ont subi certains membres d’Ançar Dine dans la gestion des différentes crises que traversent actuellement le Mali.
La rencontre ordonne à tous les zawiyas à prier pour le retour de la paix… interpelle les partis politiques, les associations et les groupes de soutiens, à faire preuve de lucidité, en privilégiant les intérêts supérieurs de la nation par rapport à tout autre intérêt. Les soufis rappellent, en outre, «aux mouvements armés que leur lutte n’est et ne saurait en aucun cas être justifiée et acceptée»

Bruno D. SEGBEDJI

L’Indépendant du 24 Avril 2012