Partager


Demain s’ouvre à Lagos, la 31ème Assemblée générale de la Confédération africaine de football. Le président sortant, Issa Hayatou, et deux autres membres, notre compatriote Amadou Diakité et le Nigérian Amos Adamu sont assurés d’être réélus, n’ayant pas d’adversaires déclarés. Pour les postes restants, les duels s’annoncent serrés, tout comme l’élection du représentant de la zone Nord au Comité exécutif de la FIFA.

La Confédération africaine de football tient à partir de demain, à Lagos, au Nigeria, sa 31ème Assemblée générale. Il s’agira, dans un premier temps d’entendre le rapport d’activités 2008 du secrétaire général, Mustapha Fahmy, le rapport de développement de chacune des unions zonales, le bilan financier de la CAF et le projet de budget présenté par le président de la commission des finances Suketu Patel.

Cette année, aucune modification des statuts et des règlements n’est prévue. Aucune proposition particulière n’a été présentée, dans les délais, par les associations nationales.

L’ordre du jour de l’AG qui prend fin le 11 février est essentiellement marqué par l’élection du président de l’instance confédérale et celle de 6 membres du Comité exécutif, ainsi que l’élection d’un des représentants africains au sein du Comité exécutif de la FIFA.

Porté en 1988, à la présidence de l’instance continentale, le Camerounais Issa Hayatou dont le mandat a été renouvelé en 1992, 1996, 2000 et 2004 est assuré de poursuivre sa tâche à la tête de la CAF jusqu’en 2013. Convaincu de sa réussite dans la valorisation du football africain, aucun autre postulant n’a fait acte de candidature pour le remplacer. Né le 9 août 1946, l’actuel président de la CAF est un dirigeant de carrière qui a été avant tout pratiquant de plusieurs disciplines sportives.

Entre 1964 et 1971, il a pratiqué le 400 m et 800 m dans sa jeunesse, puis rejoint l’équipe du Cameroun de basket-ball. Il a aussi pratiqué le footballeur au niveau universitaire. À l’occasion des premiers Jeux africains à Brazzaville, il fut retenu dans l’équipe du Cameroun de basket.

C’est à partir de 1974, que Hayatou a commencé à prendre des responsabilités dans le milieu sportif en devenant secrétaire général de la fédération camerounaise de football jusqu’en 1983. Entre 1982 et 1986, il fut ministre de la jeunesse et des sports du Cameroun. À partir de 1986, il devient président de la fédération camerounaise de football ; en 1988, président de la Confédération africaine de football, puis en 1990, membre du Comité exécutif de la Fédération internationale de football association (FIFA).

A l’instar de Hayatou, pour l’élection des membres du Comité exécutif pour les zones Ouest A et Ouest B où les sortants, notre compatriote Amadou Diakité et le Nigérian Amos Adamu, se retrouvent sans adversaire.

Pour la zone Nord, l’Algérien Mohamed Raouraoua, sortant, est en compétition avec le Libyen Jamal El Jaafari ; dans la zone Centre, le Tchadien Adoum Djibrine, sortant, est opposé au Gabonais Léon Ababe ; dans la zone Sud, un duel met aux prises le Seychellois Suketu Patel (sortant), et l’ancien international zambien Kalusha Bwalya. Enfin, trois candidats, deux hommes et une femme briguent la succession du Burundais Moses Baransananiye.

Il s’agit du Djiboutien Hussein Fadoul, du Soudanais Magdi Sham El Din et de la Burundaise Lydie Nsekera.
Le dernier scrutin qui concerne l’élection du représentant de la zone Nord au Comité exécutif de la FIFA s’annonce très ouvert. Il mettra aux prises le Tunisien, sortant, à l’Egyptien Hani Aboo Rida et à l’Algérien Mohamed Raouraoua.

La réélection de Amadou Diakité est une grande fierté pour toute la nation malienne. Et depuis qu’il a intégré les instances internationales (FIFA, CAF), l’homme a multiplié des actions positives à l’endroit du pays et de la promotion des cadres maliens dans le giron de la CAF et de la FIFA.

On peut citer, entre autres, les Souleymane Magassouba, Djibril Traoré, Sidi Békaye Magassa, Hamadoun Kola Cissé. Grâce à l’implication de ceux-ci, le football malien a profité de nombreuses situations ; ce qui justifie la bonne perception du public sportif malien de la prochaine réélection de Amadou Diakité.

On n’oubliera pas de rappeler que s’il n’avait pas été barré par l’actuel président de la fédération, Amadou serait encore membre du comité exécutif de la FIFA. L’enfant de Sévaré, âgé de 55 ans, a été élu pour la première fois membre du comité exécutif de la CAF en 1992.

Dès lors, il n’a cessé de marquer les esprits et a été porté en 1998, membre africain de la FIFA. Un poste qui lui a échappé pour les raisons évoquées plus haut. Fort logiquement, le président de la République, soucieux des questions sportives, lui a confié les charges de conseiller technique à son cabinet.


SOULEYMANE DIALLO

Envoyé spécial a Lagos

09 Février 2009