Partager

Le double assassinat, samedi dernier, des deux journalistes français au Mali, serait l’œuvre d’Al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI). L’organisation terroriste l’a revendiqué mercredi dans un communiqué publié par l’agence de presse mauritanienne en ligne Sahara Medias. Mais, faut-il vraiment y croire ? Laurent Fabius, ministre français des Affaires étrangères, trouve l’hypothèse « plausible ».Les experts reconnaissent qu’il s’agit des voies habituellement utilisées par AQMI pour confirmer ses forfaitures. Mais, même si les avis concordent, faut-il pour autant croire en ces aveux ? Certes, les islamistes ont plusieurs fois menacé de s’en prendre à la France et à ses intérêts. Mais on venait aussi de relâcher les otages, après paiement d’une rançon évaluée à plusieurs millions d’euros ! Pourquoi cette contradiction ?

AQMI pourrait être tenté de couvrir le MLNA ! Ils avaient fait cause commune au tout début de la crise malienne !

Le partage des gâteaux aurait-il fait des mécontents désireux de se trouver leur part ? Fait particulier dans ce type d’affaires, ce sont le plus souvent des ressortissants arabes qui tirent les ficelles. Et ce qui gêne, c’est le rôle de l’Algérie qui semble être le berceau, le sanctuaire des islamistes. D’où l’intérêt de voir ce pays et la Mauritanie s’impliquer davantage dans la lutte contre les groupuscules islamistes.

Pourquoi s’en prendre à des journalistes ? Nous l’avons déjà souligné : cette affaire est ténébreuse en raison surtout de la multiplicité des acteurs et de leurs intérêts contradictoires. Il ne nous semble pas dans l’intérêt d’AQMI, de vouloir tomber si bas ! Pour des organisations de ce genre, s’en prendre à la presse internationale, nous paraît absurde, sinon de « l’auto-suicide ». La visibilité et la vengeance n’y ont pas leur place.

Et AQMI n’a aucun intérêt à faire d’une femme journaliste un trophée de guerre. A moins que des dissidents en son sein n’aient cru devoir compromettre les leaders !

On peut donc avancer plusieurs thèses quant aux auteurs supposés de ce double assassinat odieux de Ghislaine Dupont et Claude Verlon. Certains avaient peut-être intérêt à voir disparaître nos deux malheureux confrères. Y compris AQMI, ébranlé par la mort de certains de ses dirigeants, suite aux incessants coups de boutoir des forces internationales coalisées. Les islamistes purs et durs s’étaient alors juré de se venger.

On connaît la suite : attentats, actes de sabotage, par le canal d’individus endoctrinés et drogués. Ces derniers ont semé la panique au sein des populations, et la désolation dans les rangs des armées impliquées. L’organisation pourrait profiter de l’opportunité pour se refaire une santé. Histoire de prétendre qu’elle est loin d’avoir été défaite !

Par ailleurs, AQMI pourrait être tenté de couvrir le MLNA ! Ils avaient fait cause commune au tout début de la crise malienne ! Des éléments d’AQMI peuvent aussi avoir intérêt à déculpabiliser le MLNA, afin de permettre à des modérés du mouvement rebelle d’enfourcher un cheval de Troie, à l’heure où l’on privilégie plus le dialogue politique que la guerre ! En vue de contrer l’escalade militaire, on voudrait peut-être redorer le blason du MLNA ? En concentrant l’attention sur les aveux supposés d’AQMI, on chercherait alors à dissocier le mouvement rebelle touareg d’AQMI.

Face à l’hydre aux mille têtes, la complicité des communautés est aussi indispensable

De nombreux groupuscules terroristes, des trafiquants en tout genre, essaiment dans le Sahel, qui ont intérêt à perpétrer ces deux crimes. La mort du Colonel Mouammar Kadhafi de Libye, a permis l’irruption sur la scène d’individus gagnés par la cupidité, ou soucieux de se venger de tout ce qui rappelle l’Occident, la culture ou la politique françaises entre autres. Ghislaine et Claude ne seraient-ils pas aussi tombés dans un traquenard ? D’autres pistes méritent donc réflexions, en rapport avec le travail d’investigation des journalistes.

Ghislaine et Claude, auraient-ils découvert des vérités à ne pas ébruiter parce qu’étant de nature à compromettre certains intérêts ? Lesquels ? Des protagonistes ayant intérêt à voir se prolonger la crise ?

Fort curieux tout de même que les terroristes, après avoir engrangé une somme colossale contre la libération des otages, aient trouvé inutile de se faire à nouveau de l’argent facile avec des otages tout à fait particuliers, et donc fort rentables ! Curieux également que la pauvre Ghislaine et l’infortuné Claude, aient été trouvés criblés de balles, et transportés du lieu de leur supplice à un autre endroit ! Tout ça, dans Kidal, centre névralgique du dispositif anti-terroriste, fief du MLNA, quadrillé jour et nuit ! N’aurait-on pas baissé la garde un peu trop tôt ?

La lutte contre le terrorisme, est un combat transfrontalier et de longue haleine. Pour que soupçons et déceptions ne finissent par l’emporter, il importe que les pays arabes d’Afrique du Nord, coopèrent plus ouvertement et sérieusement avec les Etats de l’Afrique subsaharienne et la communauté internationale.

Il faut se débarrasser de la vermine terroriste ! Appel doit également être fait aux Etats-Unis, afin qu’avec les moyens technologiques dont eux seuls disposent, ils viennent donner un coup de main à la communauté internationale.Il faut également tirer leçon des expériences des uns et des autres, mais surtout conjuguer les efforts pour plus d’efficacité.Face à l’hydre aux mille têtes, la complicité des communautés est aussi indispensable.

Nul doute qu’un développement économique et social harmonieux leur tient à cœur, et qu’elles aspirent véritablement à vivre en paix, en liberté et en bonne intelligence avec les autres peuples frères. Dans cette perspective, les populations du Nord-Mali, toutes composantes ethniques confondues, devront collaborer davantage avec le pouvoir central de Bamako et les forces internationales coalisées, afin que les groupuscules terroristes soient anéantis. Mais, la solution de la crise malienne n’est pas que militaire. Elle suppose un développement à outrance, qui rende la région Nord beaucoup plus viable.

« Le Pays »

Publié le vendredi 8 novembre 2013