Partager


Rien ne va dans le monde du karaté malien. En cause : le maintien forcé du président, le colonel Sékou Niambélé, le favoritisme, l’exclusion. Une situation qui nécessite l’intervention du ministère de la Jeunesse et des Sports et du Comité national olympique et sportif du Mali.

Malgré la réunification en 2005 de la Fédération malienne de karaté, suivie une année par son conseil national (28 août 2006) et de la signature du protocole d’accord, force est d’admettre que le bureau fédéral de notre karaté fait aujourd’hui face à de nombreux griefs.

Et tout cela par la faute de son premier responsable, le colonel Sékou Niambélé qui, selon certaines indiscrétions, n’a pas respecté les engagements qu’il a pris lors du conseil extraordinaire d’août 2006, une situation qui plonge le karaté au centre des controverses.

Tout est parti de la décision du mois de décembre 2007 du président Niambélé de démettre le DTN de ses fonctions. « Cette décision de limogeage du directeur technique visait à faire endormir la conscience des gens« , déclare un responsable. Et d’ajouter que notre objectif n’est pas le directeur technique mais l’avenir de la discipline.

Selon maître Amadou Togola, membre de l’Amshoka, le bureau actuel est illégal et il y a une urgence à aller à un congrès extraordinaire. Ce que réfutent le colonel Niambelé et son clan. Pour le DTN limogé, maître Cheick Telly, c’est le flou compact avec ce bureau. « La gestion du président est catastrophique et jusqu’à preuve du contraire, la Fédération ne dispose d’aucun compte bancaire ».

Toujours, selon Telly, les sélections ne sont plus faites dans les règles de l’art. A preuve, la récente délégation revenue du Maroc était majoritairement composée des membres de la famille d’un membre du bureau fédéral. « C’est une sélection issue d’une famille qui est partie au Maroc », précise-t-il.

Une telle situation n’honore plus notre sport d’une façon générale et la famille du karaté en particulier, d’où un appel pressent au ministère de la Jeunesse et des Sports et au Comité national olympique et sportif du Mali avant qu’il ne soit tard.

Boubacar Diakité Sarr

16 Juillet 2008