Partager

Deux faits importants ont marqué l’histoire du Mali. Le premier est la pénétration de l’islam à partir du VIIe siècle. Le second est l’interruption de la colonisation française en Afrique qui pris corps et âme dans l’actuelle aire géographique du Mali à partir de 1857.
En 1959, une tentative de reconstitution des empires médiévaux (Ghana, Tekrour) à travers la grande fédération du Mali se solda par un échec. Le 22 septembre 1960 le Soudan va à l’indépendance sous le nom Mali. Et depuis le Mali cherche une voie originale.

69 milliardaires sous deux régimes

Au Mali les régimes ADEMA et ATT ont donné naissance à des bourgeois parasitaires. ADEMA (21 milliardaires) ATT (48 milliardaires). Tous cadres de l’administration publique malienne. La naissance de nouveaux milliardaires trouvent leur explication dans l’évolution économique des deux régimes du pays. ATT a bénéficié de subventions et d’aides plus importantes que son prédécesseur Alpha Oumar Konaré.

La privatisation a commencé au Mali avec la mise en œuvre du Programme de Reforme des Entreprises Publiques (PASEP). Ce programme a couvert 35 Entreprises et Sociétés, il est arrivé à terme en 1992. Une loi fixant les principes fondamentaux de la privatisation fut votée (loi n0 41 du le 22 février 1994).

En 2001, le décret n0 026 du 02 janvier fixe les modalités de liquidation des EPIC et sociétés d’Etat. C’est l’adoption de ces textes qui ont permis d’attirer les capitaux étrangers et sont les bases sur lesquelles la bourgeoisie moyenne intellectuelle sous Konaré et ATT ont bâti leur fortune pour passer à la classe de milliardaires qui n’entendent pas se faire dévaluer par les prolétaires.
Les offres et leurs conditions étaient faites n’importe comment ! Pire encore la possibilité était donnée à une autorité d’attribuer un marché sur la base de gré à gré alors que même cette autorité n’était pas précisée ? Résultat ! Il s’est constitué sur cette base des bourgeois rentiers. Des gens qui au départ n’avaient que pantalon et chemise.

Aujourd’hui on en voit dont les moustaches et les cheveux sont blanchis par la corruption. Les jeunes parvenus sont hautains, voire insolents. Dès lors on comprend aisément la colère des partis membres du Front contre le CNRDRE. Grâce au cumul des fonctions, des présidents d’Institutions de la République, de PCA, toucheraient des salaires de 13 millions de francs par mois dans le Mali d’Alpha et d’ATT.

D’autres auraient bénéficié des marchés publiques, touché les fonds sans exécuter les travaux. Par l’effet chantage les nouveaux milliardaires font rentrer leurs effets personnels sans payer de frais de Douanes. Ils ne payent pas le fisc (un des portes paroles du Front doit plusieurs millions au fisc malien).
Où va donc le Mali avec le retour des démocrates délinquants financiers ?

Amy SANOGO

11 Avril 2012