Partager

Après trois vagues de licenciements de ses travailleurs, la mine de Tabakoto connaît un arrêt de travail certainement voulu par la société TAMICO (Tambaoura Mining Company) qui l’exploite. Faute de ressources financières, la société TAMICO a décidé de passer la mine à Avion Resources.

Pendant ce temps, les travailleurs qui ont été licenciés sans préavis (alors que certains d’entre eux, évoluant sous le régime de contrats à durée indéterminée), courent encore derrière les droits auxquels ils prétendent. La situation évolue vers un bras de fer entre le syndicat et la société qui miroite une reprise proche avec l’élargissement de la mine par Avion Résources.

La mine d’or de Tabacoto dont les travaux de construction avaient commencé en 2006 n’est plus fonctionnelle aujourd’hui. Pour cause : elle serait petite par rapport à la dimension qui avait été prévue par les chercheurs de Nevsun pour la bonne exploitation de l’or.

Conséquence de cette cessation de travail : la majorité des travailleurs de la mine ont été licenciés. Certains d’entre eux ont travaillé trois, quatre ans voire neuf ans. Ils servaient au niveau de la géologie, la métallurgie, l’ingénierie, la sécurité et l’administration.

A Tabakoto aujourd’hui, c’est le sauve qui peut. Certains se débrouillent dans les placers traditionnels, d’autres exercent dans l’agriculture avant peut-être le redémarrage de la mine.
Le démarrage de la construction de la mine de Tabacoto avait permis à beaucoup de personnes d’avoir un emploi.

C’est dire que la venue de l’usine avait suscité beaucoup d’espoir chez celles-ci. Mais cet espoir fut anéanti au cours du dernier trimestre de l’année 2007 chez les travailleurs de la mine ainsi que chez leurs parents, amis et proches.

Car, après constat fait par les responsables de Tambaoura Maning Com-pany (Tamico-SA) que la mine était trop petite, qu’il serait difficile d’exploiter l’or convenablement, ils ont décidé d’arrêter les travaux afin de chercher des moyens pour l’agrandir.

Le coût de l’agrandissement est devenu excessif pour Tamico-SA. Ainsi ses responsables ont décidé de passer la mine à Avion Résources et de procéder également au licenciement de la plupart des employés de la mine. En plus de l’agrandissement de la mine dont les études sont en cours, il semblerait que l’usine passera aussi d’un à deux moulins et cracheurs afin qu’elle fonctionne à 100%.

L’arrêt de la mine a causé des problèmes énormes pour les travailleurs licenciés. Surtout ceux qui avaient commencé avec la société de recherche Nevsun Resources, en passant par celle d’exploitation Tamico-SA.

« Moi, j’ai été licencié en novembre dernier comme plusieurs autres personnes. J’ai commencé à travailler avec Nevsun Res-sources qui s’occupait de la recherche de l’or. Quand les responsables de Nevsun faisaient la filiation avec ceux de Tamico SA, ils m’ont demandé si je voulais continuer à travailleur avec Tamico-SA. J’ai répondu par l’affirmative.

Mais cette fois-ci, au moment où les responsables de Tamico-SA passaient la mine à Avion Ressources, ils ne m’ont pas demandé. Et à ma grande surprise, j’ai vu mon nom sur la liste de licenciement. Je voulais continuer à travailler avec eux malgré les problèmes.

Car 8 ou 9 ans de travail sont assez suffisants pour ne pas mettre quelqu’un à la porte sans l’aviser. Je vis actuellement dans des conditions difficile avec ma famille composée de trois femmes et des enfants. Mon souhait est qu’ils nous fassent encore appel pour qu’on quitte cette situation de désespoir », a lancé avec tristesse un des licenciés qui a tenu à garder l’anonymat. Comme ce dernier, ils sont plusieurs à être dans l’attente qu’on leur fasse à nouveau appel. (Affaire à suivre)

Hadama B. Fofana

26 Juin 2008