Partager

Les autorités libanaises ont arrêté dimanche des membres d’une cellule « terroriste » responsable des récents attentats meurtriers à Tripoli, dans le nord du Liban, a annoncé l’armée. Selon un responsable de la sécurité, cette cellule « terroriste » est liée au mouvement extrémiste du Fatah al-Islam, chassé par l’armée en 2007 au terme de combats sanglants du camp de Nahr al-Bared (nord). Le 29 septembre, un attentat à la voiture piégée à l’entrée de la grande ville du nord du Liban avait fait sept morts, quatre soldats et trois civils. Un précédent attentat, perpétré à la mi-août, avait tué 14 personnes, dont neuf soldats et un enfant. « Une ceinture explosive qu’ils projetaient d’utiliser dans un autre attentat terroriste a été retrouvée en leur possession lors de leur arrestation« , a ajouté l’armée, précisant que les « terroristes » avaient été arrêtés par « une force conjointe de l’armée et des Forces de sécurité intérieures » (FSI, police). La force conjointe « est à la recherche de l’un des membres principaux de cette cellule, Abdel Ghani Ali Jawhar », poursuit le texte, ajoutant que « les personnes arrêtées ont été interrogées par les autorités juridiques compétentes« . (Afp)