Partager

Un porte-parole présumé du mouvement islamiste Boko Haram, qui avait revendiqué de nombreux attentats meurtriers, a été arrêté au Nigeria, pays en proie depuis plusieurs semaines à la multiplication d’attaques islamistes, ont indiqué mercredi des sources sécuritaires nigérianes. « Nous avons enregistré un grand succès avec l’arrestation du porte-parole de Boko Haram, connu sous le nom de Abul Qaqa », nous a indiqué sous couvert de l’anonymat un responsable des services de renseignement de la police. En novembre, les autorités nigérianes avaient déjà annoncé l’interpellation d’un autre porte-parole présumé du mouvement islamiste nommé Ali Sanda Umar Konduga, connu sous le nom d’Usman al-Zawahiri. Il était moins connu qu’Abul Qaqa. Le porte-parole présumé tenait régulièrement des conférences de presse par téléphone avec plusieurs journalistes dans la ville de Maiduguri (nord-est), le fief du mouvement islamiste. Vivement critiqué pour avoir échoué à endiguer cette violence, le président Goodluck Jonathan, un chrétien du sud, a déclaré récemment que Boko Haram devait clarifier ses revendications pour un éventuel dialogue. AFP.