Partager

Les services secrets nigérians ont annoncé avoir arrêté le cerveau de l’enlèvement de sept personnes, dont cinq expatriés, fin juin dans la région pétrolifère du Delta (sud) qui travaillaient pour la société australienne Macmahon, sous contrat avec le cimentier franco-suisse Lafarge Holcim.
« Le 22 août 2016, un dénommé Samuel Asuquo, un baron du kidnapping, a été arrêté dans le village de Nasarawa Bakoko, dans l’Etat de Cross River », a déclaré le département des Services d’Etat dans un communiqué publié dimanche soir.
« Asuquo était le cerveau de l’enlèvement des trois employés australiens du cimentier Lafarge, qui avait reçu une rançon de 150 millions de nairas » (470.815 dollars), indique le communiqué.

Les Australiens avaient été enlevés avec deux de leurs collègues nigérians ainsi qu’un Néo-Zélandais et un Sud-Africain, tous employés de la société minière et d’ingéniérie Macmahon.Ils avaient été libérés une semaine après leur enlèvement sans qu’aucune rançon n’ait été versée, selon les déclarations de l’époque.Leur chauffeur nigérian avait été tué lors de l’attaque et un quatrième employé australien était parvenu à s’enfuir.

Les enlèvements pour rançons sont courants dans le sud-est du Nigeria, mais touchent rarement des expatriés. Vendredi, des hommes armés ont kidnappé 15 employés nigérians de Nestoil, une entreprise locale d’hydrocarbures, sur une route proche de Port Harcourt, la capitale de l’Etat de Rivers.La région du Delta est secouée depuis le début de l’année par une recrudescence des violences, notamment des attaques sur les installations pétrolières, provocant une chute de la production de brut.

Le Nigeria est entré en récession économique la semaine dernière et a perdu sa place de premier producteur de pétrole du continent au profit de l’Angola. AFP