Partager

Le lieutenant colonel, Seydou Moussa Diallo ; les sergent-chefs Bouh Traoré et Tomaga Dembélé, et les Majors Philipe Dembélé et Nouhoun Minta, ont été radiés de l’armée Malienne par le président de la République et le ministre de la défense des forces armées et des anciens combattants.

Dans un décret sous le N° 2013- P-RM du 12 juillet 2013, le président de la République, le professeur Dioncounda Traoré, a radié des effectifs de l’armée malienne le lieutenant Seydou Moussa Diallo, par mesure disciplinaire pour faute grave contre l’honneur et la discipline. Mais, au paravent, par Arrêté n° 2074/MDAC-SG du 20 mai 2013, le général Yamoussa Camara, ministre de la défense et des anciens combattants, a procédé à la radiation de deux sous-officiers.

« Les sous-officiers de l’Armée de terre dont les noms suivent sont rayés des cadres par mesure disciplinaire, pour faute grave contre la discipline. Il s’agit du Sergent-Chef Bouh Traoré et du sergent-Chef Tomaga Dembélé », indique l’article I de cet arrêté. Et, après cette radiation, par un autre arrêté en date du 30 mai 2013, le général Yamoussa Camara, ministre de la défense et des anciens combattants, a radié des sous-officiers.

Ces sous-officiers, a-t-on souligné, ont été radiés de l’armée pour faute grave contre la discipline. Il s’agit du Major Philipe Dembélé, du Major Nouhoun MINTA. Il faut rappeler que l’officier Seydou Moussa Diallo et ses camarades étaient tous du 33ème RCP plus connus sous le nom de la compagnie des bérets rouges. Ces sous officiers comme le lieutenant-colonel venaient de purger une peine d’arrêt de forteresse après une de ses lettres que le colonel avait adressées au président de la République, au premier ministre, à d’autres institutions pour dénoncer la non satisfaction des droits des bérets rouges.

Avec la transition finissante et l’élection du président IBK, est-ce le temps des règlements de compte ? A noter que cette décision intervient au moment où les putschistes du 22 mars 2012 accèdent au grade de général.

Fakara FAINKE

Le Républicain du 19 Août 2013