Partager

UNE SITUATION DELICATE

L’Adéma-PASJ, des premières élections démocratiques après la période de la transition démocratique à la veille des élections générales de 2002 était considéré comme le parti majoritaire au pouvoir. En effet, depuis le moment ultime de la création et de l’implantation des partis politiques après la chute du régime de Moussa Traoré, les fondateurs de ce parti ont eu la promptitude nécessaire pour mieux structurer le parti qui fut donc le plus solidement implanté sur l’ensemble du territoire national. Et, depuis, le parti ne cessait de connaître une ascension fulgurante. Cela parait aujourd’hui tomber en désuétude au regard des contradictions internes du parti que certains qualifieraient, à tort ou à raison de crises de croissance.

Sans entrer à nouveau dans les profondeurs de ces situations qui se poursuivent aujourd’hui et qui ont mis le parti dans une situation délicate, soulignons que les membres du CE du parti sont à la recherche de sortie d’une situation qui pourrait bien le fragiliser en cette approche d’élections générales.

A NOUVEAU LE SPECTRE DE LA SCISSION?

En cette approche d’élections générales de 2007, le spectre de la scission serait-il à nouveau suspendu au-dessus du parti après l’expérience malheureuse de 2002 qui a vu l’émergence de plusieurs autres candidatures à l’Adéma-PASJ, en plus du candidat officiellement investi? En tout cas, depuis le meeting de l’ASMA tenu le 25 novembre dernier au Centre International de Conférences, il y a beaucoup de suspiscions au sein de la Ruche.

Encore que le premier vice-président de l’Adéma-PASJ s’est rendu à Ségou également où il a tenu un autre meeting d’information, de sensibilisation et de mobilisation des militants. De l’ASMA ou de l’Adéma? En tout cas, à Ségou, étaient en même temps sur le terrain SBM et d’autres membres du CE de l’Adéma-PASJ. Il semble que ce ne fut pas du beurre pour les envoyés du parti. Tout compte fait, les questionnements se poursuivent tant à l’Adéma qu’au sein de l’opinion publique nationale au sujet de cette question.

LE CE ENGAGE L’OFFENSIVE

On redoute si le parti ne va pas vers la case départ et ce, eu égard aux réactions isolées d’autres cadres du parti face à la sortie de SBM qui, selon toutes vraissemblances, se prépare à présenter sa candidature aux élections présidentielles de 2007. On se rappelle, en effet, qu’il y a eu la réaction de Ahmed El Madani Diallo à la décision du CE de soutenir la candidature d’ATT aux élections présidentielles de 2007. De même, l’ADJ dont les membres sont majoritairement de l’Adéma, les initiateurs aussi, en envoyant une correspondance aux différentes sections du parti pour demander aux militants de solliciter un congrès avant les élections veut ainsi semer la zizanie.

A ce rythme, quelle sera la force électorale de l’Adéma-PASJ à ces élections sur lesquelles les ténors du parti misent beaucoup pour apporter un soutien à hauteur de souhait à ATT? Nous sommes à un moment où il ne faut rien négliger, minimiser, au risque d’avoir le réveil brûtal. Les animateurs du parti de l’Abeille semblent l’avoir si bien compris qu’ils ne croisent pas les bras, au contraire, ils sont en train de multiplier les sorties de terrain afin de rénouer contacts avec les militants de base pour leur expliquer les motivations profondes du choix qu’ils ont opéré.

En effet, dans ce cadre, les 13 et 14 Janvier, des délégations du CE ont décidé, sauf par extrordinaire, de sillonner les différentes communes du District de Bamako, afin, dit-on, de prendre les devants dans une situation où les inconnus ne cessent de se multiplier au grand dam des membres du CE-Adéma.

Moussa SOW

10 janv 07