Partager

Une patrouille des militaires maliens sans encadrement des forces alliées notamment la force serval et la MINUSMA à Kidal n’a pas été appréciée par nos partenaires présents dans la région. Ces derniers l’ont fait savoir au lieutenant-colonel Mamary Camara, commandant de zone et lui ont demandé de veiller sur ses hommes pour éviter tout risque de débordement.

Depuis quelques jours, les administrateurs ont fait leur retour dans la ville de Kidal. Le gouverneur de la région le colonel d’aviation Adama Kamissoko s’est définitivement installé après avoir amené des groupes électrogènes et quelques matériels électoraux pour les préparatifs de l’élection présidentielle. Les chefs des services administratifs, les élus qui avaient déserté la ville après son occupation ont tous fait leur retour.

Preuve que du côté administratif, la situation s’améliore nettement. Cependant du côté sécuritaire, souvent des frictions voire des désaccords sont perceptibles entre les forces en présence. Les groupes armés sont cantonnés dans la gendarmerie et au camp de la jeunesse. Seulement une poignée d’irréductibles n’a pas encore déposé les armes et déchire souvent le climat de sérénité qui semble s’installer dans la ville.

C’est dans ce contexte que des patrouilles sont organisées pour débusquer ces têtes brûlées pour les ramener à la raison.

Le vendredi dernier, une patrouille mixte a été menée par les forces Serval, celles de la MINUSMA et l’armée malienne pour visiter les check-points et s’assurer que la sécurité règne. Ces check-points au nombre de sept étaient tenus par les groupes armés touaregs. Ils sont maintenant passés entre les mains des militaires béninois et sénégalais de la MINUSMA.

Cette patrouille à laquelle ont pris part toutes les forces présentes s’est déroulée sans le moindre incident.

Au cours du weekend, le Commandant de la région militaire de Kidal le lieutenant-colonel Mamary Camara autorise une patrouille de militaires maliens sans l’aval de la MINUSMA et de la force Serval.

Il nous revient que le lieutenant-colonel Mamary Camara en agissant de la sorte pensait être dans son rôle de premier responsable militaire malien censé veiller sur la sécurité de la population. A ce propos, certains habitants continuent de payer cher leur attachement à la république et à l’armée malienne. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle beaucoup de noirs se sont réfugiés au camp I où se trouve le contingent malien pour échapper à des représailles. C’est dire donc que la patrouille autorisée par le commandant de la zone militaire était destinée à venir en aide à des civils souvent victimes d’exaction.

La MINUSMA et la force Serval n’ont pas apprécié cette patrouille de l’armée malienne et l’ont fait savoir aux responsables militaires. Pour les forces françaises et les casques bleus, un déploiement des militaires maliens dans la ville nécessite une certaine précaution pour éviter tout risque de débordement.

En clair pour les forces alliées, toute sortie de l’armée malienne à Kidal doit être encadrée. Alors que Mamary Camara et ses hommes pensent ne recevoir d’ordre que de leur hiérarchie. Selon certaines sources, la force Serval et la MINUSMA ont demandé la relève de Mamary Camara.

Abdoulaye DIARRA

18 Juillet 2013.