Partager

Pour avoir exprimé vivement les préoccupations des Maliens, Mahamane Mariko, secrétaire général du Cadre de réflexion et d’action des jeunes (Craj), a été arrêté par la Brigade d’investigation judiciaire de la police.

M. Mariko aurait été arrêté pour les propos « discourtois » de son association dans des tracts affichés un peu partout dans le district. « Abas Kadhafi, parrain des bandits et mercenaires », « Non au retour des bandits et mercenaires dans l’armée ». Ce sont quelques messages de Craj, agacée par la crise du Nord avec son lot d’attaques meurtrières.

Mais la goutte d’eau qui a fait déborder le vase a été la conférence de presse du Craj, tenue lundi 12 janvier à la Pyramide du souvenir, où il a dénoncé l’ingérence de la Libye dans les affaires politiques de notre pays et appelé la jeunesse à plus d’action et le pouvoir à plus de rigueur.

A travers les actions du Craj, c’est tout le peuple malien qui doit se ragaillardir. Parce que l’association exprime le sentiment de beaucoup de Maliens. Le Mali ne cèdera pour rien au monde une portion du territoire national aux bandits armés.

Pour inverser la tendance, le Craj appelle la jeunesse à sortir du mutisme, afin d’engager une lutte noble, qui est celle de la défense de la patrie. Une patrie dont l’honneur a été souillée par le bandit Ibrahim Bahanga en complicité avec l’extérieur.

Amadou Sidibé

16 Janvier 2009