Partager

Des combattants du groupe d’auto-défense « Ganda koy« sont les nouveaux maîtres de Douentza après la fuite du Mouvement national de libération de l’Azawad (MNLA). Le drapeau tricolore du Mali flotte à nouveau sur les bâtiments administratifs.

jpg_une-925.jpgDepuis la débandade du Mouvement national de libération de l’Azawad (MNLA) par le Mujao et Ançar Eddine (deux groupes islamistes armés), la ville de Douentza est sous contrôle du mouvement Ganda koy, un groupe d’auto défense créé par des ressortissants de la région de Gao. En tenues militaires, les combattants de Ganda koy, selon nos sources, sont munis d’armes de guerre et continuent de s’entraîner chaque matin dans leur base (après une première phase de formation reçue à Sévaré).

« Ils circulent à bord de pick-up et font des patrouilles à l’intérieur comme à l’extérieur de la ville sous l’œil admirateur des curieux« , confirme notre source. A ces jeunes du Ganda koy s’ajoutent plusieurs volontaires de Douentza, qui, dit-il, n’ont qu’un seul objectif : la libération des trois régions du joug d’Ançar Eddine et consorts. A quelque 120 kilomètres à Konna est basée l’armée malienne qui patrouille elle aussi dans les environnants sauf qu’elle n’a pas reçu de la hiérarchie l’ordre de progresser sur le terrain.

Si l’administration n’est pas pour l’heure de retour à Douentza, le maire et son équipe ont recommencé à travailler depuis quelques jours. Et le drapeau tricolore (vert-or-rouge) flotte sur les bâtiments administratifs et même devant les magasins.

Cette occupation de Douentza par les combattants de Ganda koy est-il le début de l’offensive annoncée par les responsables des Forces patriotiques de résistance (FPR) qui, à l’issue d’une conférence de presse samedi dernier, ont annoncé intervenir très bientôt au nord avec ou sans l’armée ?

Wait and see !

Amadou Sidibé

Les Echos du 24 Juillet 2012