Partager


Le dernier rapport de « Doing Business » n’est pas très favorablement à notre pays pour ce qui est du climat des affaires. Un plan d’action à court et moyen termes (2009-2010) vient d’être validé.

Le plan d’action proposé par le ministère de l’Economie, de l’Industrie et du Commerce et qui a été validé en réunion interministérielle le 27 février 2009 est relatif à l’amélioration de l’environnement des affaires au Mali et l’opérationnalisation du guichet unique.

Le rapport « Doing Business », qui est une sorte de classement des pays en matière de climat assaini des affaires, attribue un mauvais rang au Mali. Les enquêtes effectuées sur le Mali démontrent que notre pays a perdu 5 places dans le classement des économies en matière de facilité dans les affaires. Un pied de nez au gouvernement et au Conseil présidentiel pour l’investissement (CPI), qui misaient sur les efforts fournis dans ce sens et qui entendent faire du secteur privé le moteur de la croissance.

En termes de reformes initiées dans notre pays, le rapport 2009 n’a tenu compte que de celle faite dans le domaine du commerce transfrontalier. Pour le reste, des remarques ont été faites selon lesquelles « le climat des affaires n’a pas connu d’améliorations significatives, du fait de l’insuffisance des réformes mises en place ».

Sur la base de cette interpellation, le ministère Ahmadou Abdoulaye Diallo a recensé les points négatifs et les différents reproches faits au Mali dans le rapport. Une dizaine d’objectifs qui doivent être déclinés dans un délai raisonnable en actions ont été identifiés. L’objectif est de trouver des remèdes aux contraintes soulignées.

Le plan d’action porte sur deux types de mesures : les mesures dites rapides d’ordre législatif et réglementaire à mettre en place d’une part, et les mesures de renforcement des capacités institutionnelles pour finaliser les réformes déjà en cours (le guichet unique de création d’entreprise, le permis de construire, etc.)

Le document conçu par le ministère de l’Economie, de l’Industrie et du Commerce et adopté en réunion interministérielle avait fait l’objet de rencontres préalables avec les partenaires techniques de la Banque mondiale. Le résultat des travaux a été disséminé au cours d’un atelier qui a regroupé les acteurs de l’administration d’Etat, des entrepreneurs, notaires, géomètres pour situer les responsabilités.

Chacun des départements ministériels a été renvoyé à sa mission par le Premier ministre pour que notre pays remonte la pente dans le classement de « Doing Business » 2010. Pour la bonne tenue de la feuille de route dressée à cet effet, il est envisagé d’organiser une fois par mois une réunion entre l’Etat et le secteur privé afin de s’assurer que tout ce qui est prévu dans le plan de bataille est en train d’être mis en œuvre.


Abdrahamane Dicko

11 Mars 2009