Partager

Alors que Bombay est toujours sous le choc des attentats qui l’ont frappé, le ministre de l’intérieur indien, Shivraj Patil, a remis sa démission dimanche, « assumant la responsabilité morale » pour les attaques d’islamistes qui ont fait, selon un dernier bilan, 172 morts et 300 blessés. Le chef du gouvernement Manmohan Singh a accepté cette démission et nommera Palaniappan Chidambaram, ancien ministre de la sécurité intérieure sous Rajiv Gandhi dans les années 1980. Dans la foulée, M.K. Narayanan, conseiller à la sécurité nationale, a aussi remis sa démission. Un conseiller du 1er ministre a ajouté que « d’autres hauts responsables du gouvernement devraient se voir montrer la porte » à la suite des attaques de mercredi. Ces départs interviennent alors que les interrogations sur le manque de réactivité et de préparation des autorités se multiplient en Inde. Le renforcement des effectifs et des capacités des forces anti-terroristes indiennes a été annoncé. Selon Reuters, le gouvernement pourrait aller jusqu’à créer une nouvelle agence anti-terroriste et mettre en place une législation spéciale. Le monde