Partager

* Soumana Sacko, ancien Premier ministre

‘’ Il faut que le Comité national de redressement de la démocratie et de la restauration de l’Etat (Cnrdre) s’adresse à la Nation ‘’

J’ai appris les arrestations par la voie des ondes, je n’en connais pas les motifs. Le pays traverse une période où il faut faire baisser la tension. Il faut que le Comité national de redressement de la démocratie et de la restauration de l’Etat (Cnrdre) s’adresse à la Nation pour expliquer les raisons des arrestations afin d’éviter la propagation des rumeurs. J’ai appris que ce sont des personnalités civiles et militaires qui ont été arrêtées et je ne sais pas s’ils sont tous dans le même cas. D’après les informations, il y a eu des cas de violences, ce qu’il faut regretter. Le Mali est un Etat de droit et je me pose des questions sur la procédure concernant les libertés essentielles. Des efforts ont été faits sous la médiation pour faire revenir l’ordre constitutionnel et les institutions afin de faire face aux défis qui sont énormes, car les 2/3 du pays occupés. Un Accord cadre a été établi. Il faut qu’on puisse le mettre en œuvre dans la paix et la quiétude, mais non dans la perturbation. . Il faut que le Comité national de redressement de la démocratie et de la restauration de l’Etat (Cnrdre) s’adresse à la Nation.

* Housséini Amion Guindo, président de la Codem

Je suis contre toute arrestation arbitraire. Je n’en connais toutefois pas les motifs et il y a des rumeurs. Qui dirige le pays ? Je pense qu’il y a la justice et s’il y a des arrestations, je tiens à ce que les droits soient respectés pour qu’il n’y ait pas d’atteinte à l’ordre républicain.

///

* Adama Diakité, Président du Forum des organisations de la société civile / « Nous demandons l’utilisations des voix légales »

Le Forum des organisations de la société civile au Mali pense que nous sommes dans un Etat de droit ou force doit revenir à la loi. Pour cela, nous demandons l’utilisation des voix légales. Mais, nous constatons que ces arrestations se font de façon précipitée. Il faut rapidement mettre à contribution les institutions judiciaires afin de garantir les droits des personnes interpellées. J’ai reçu plusieurs appels téléphoniques aujourd’hui. Personne ne sait les raisons des arrestations. Il y a trop de supputations. Les Maliens ont besoin de comprendre. Le Mali est un Etat de droit. Et, si la nécessité d’interpeller des citoyens s’impose, il faut que cela se fasse dans le respect strict de la légalité. Ce qui se passe n’est pas une bonne image pour notre pays.

///

* Moussa Mara, Président du Parti Yéléma / « Ces arrestations sont déplorables dans une démocratie »

Ces arrestations sont déplorables dans une démocratie en construction comme la nôtre. Il faut que les responsables du CNRDRE inscrivent leurs actions dans le respect de la justice et de l’Etat de droit. S’ils ont des dossiers contre des citoyens, nous les exhortons à les confier aux autorités judiciaires. Sinon cette façon de procéder à des arrestations est très préjudiciable pour l’image du pays. Même si des raisons objectives pourraient exister, il faut transmettre les dossiers aux autorités judicaires pour que la justice fasse son travail.

///

* Nancoma Kéita, secrétaire politique du Rpm

Je ne suis vraiment au courant de rien, donc je ne pourrai pas vous éclairer sur la question.

Le Républicain du 19 avril 2012