Partager

Amaigris et émus, les 04 ex-otages du Niger ont retrouvé leurs proches sous un beau soleil d’automne mercredi à Villacoublay, après plus de 03 ans d’absence et alors que des questions se posent sur le paiement d’une éventuelle rançon.Libérés mardi de leurs ravisseurs d’Aqmi, les ex-otages avaient décollé de Niamey au petit matin. Selon une source proche des négociateurs nigériens, entre 20 et 25 millions d’euros auraient été versés en vue de leur libération. « La France ne verse pas de rançon », a-t-on fermement répété dans l’entourage du président Hollande et le groupe Areva, interrogé par nos soins, a mis en avant le même démenti. Le ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius a précisé dans la soirée qu’aucun « argent public » n’avait été versé.L’impunité aurait été garantie au chef du groupe islamiste armé Ansar Dine Iyad Ag Ghaly, en échange de leur libération, nous a affirmé une source touareg proche du dossier. Les ex-otages se sont rendus à l’hôpital militaire du Val-de-Grâce pour un bilan, avant de retrouver leurs proches dans la soirée dans un hôtel parisien, selon le Quai d’Orsay. Les circonstances précises de leur libération, après 03 longues années dans le désert sahélien, ne sont pas connues. Sept Français restent otages dans le monde.AFP.