Partager

La lutte des femmes, ces temps-ci, semble dépasser les limites de l’émancipation tout court; elles sont à une phase plus active et supérieure, car c’est dans le cadre politique qu’elle s’exerce ces dernières années avec plus de détermination.

Il faut préciser qu’il y a eu plusieurs étapes dans ce combat des femmes, qui exigent la prise en compte de l’approche genre dans toutes les activités de la vie, en particulier dans la politique.

LA MOBILISATION AU SEIN DES PARTIS

Au commencement, c’était la prise en compte de l’approche genre pour donner plus de chance aux femmes d’être prises en compte dans les instances de décisions.

A ce niveau, depuis l’ouverture démocratique, les améliorations se font sentir dans la prise en compte des femmes en ce qui concerne le partage des responsabilités, en particulier au sein de l’administration publique.

Si les femmes se sont réjouïes de ces avancées significatives, elles revendiquent encore plus d’attention, de considération.

Le cadre politique est le plus prisé par les femmes en ce moment. Dans ce sens, les activités intences de sensibilisation, d’information et de négociations ont été entamées au sein même des partis politiques, où les femmes continuent à se battre pour mieux se positionner afin d’éviter d’être des dindons de la farce lors des consultations électorales.

Ces dernières années, elles sont en effet, plus représentées tant au niveau des structures de l’administration qu’à celui des partis politiques.

L’APPETIT VIENT EN MANGEANT

Les résultats obtenus par les femmes dans le cadre de leur lutte pour le positionnement au sein des partis politiques les a réquinquées. C’est ainsi que, par rapport également à l’élaboration de la nouvelle loi électorale, il y avait des passages dont l’objectif était de mieux prendre en compte l’approche genre. De quoi s’agissait-il?

Il était surtout question de faire en sorte que sur les listes de candidature aux différentes élections, aucun des deux sexes ne dépasse 70 pour cent. Le jour du vote de cette loi, les femmes s’étaient massivement mobilisées afin de sensibliser et de faire admettre le système de quota.

Malheureusement cette initiative a rencontré quelques difficultés, du fait que sa prise en compte est de nature à faire entorse à la constitution. Dès lors, cette disposition contenue dans la loi électorale nouvelle formule a été rejétée à la grande déception des femmes qui se battaient pour cette cause.

On ne sait pas à l’issue de cela ce que les femmes envisageront, mais il y a de fortes probabilités qu’elles poursuivent leur combat au sein des partis politiques pour mieux se positionner dans la perspective des élections futures.

Moussa SOW

22 août 2006.