Partager


Le lundi 8 octobre, le président de la République a présidé le premier conseil extraordinaire des ministres à Koulouba. Ce fut une première rencontre de prise de contact, mais aussi d’éclaircissement des objectifs et missions assignées au Premier ministre et aux membres de son gouvernement. Cette rencontre sera suivie par la remise de la lettre de cadrage au Premier ministre et aux membres de son gouvernement par le président de la République.

LA FRANCHISE ET L’ENGAGEMENT

Mais, en attendant, ce furent des échanges teintés de franchise et soutenus par des engagements fermes du Premier ministre et des membres de son équipe. Une prestation de serment en quelque sorte par chacun d’eux à s’investir corps et âme pour faire aboutir le PDES du président Amadou Toumani Touré.

Le succès de son second mandat dépendra de la mise en oeuvre rigoureuse de son projet de société proposé au peuple malien et s’inspirant des préoccupations et attentes des populations. Logiquement, malgré la conjoncture socio-économique qui n’est pas l’apanage du seul Mali des résultats probants sont attendus par tous: président de la République, Premier ministre et membres du gouvernement.

L’OPINION PUBLIQUE DIVISEE

Avec la nouvelle équipe gouvernementale et son chef d’orchestre que représente Modibo Sidibé, le président de la République peut-il espérer que ses attentes soient comblées au terme du mandat ? Face à cette question, l’opinion publique nationale est divisée. C’est surtout la participation en grand nombre de femmes au gouvernement qui semble avoir choqué plus d’un.

Faut-il croire par là qu’il s’agit de femmes qui ne seraient pas à la hauteur? Ne disposent-elles pas des compétences requises pour conduire à bien les affaires des départements qui leur sont confiés ? Personne ne peut répondre avec exactitude à ces questions aujourd’hui.

UNE EQUIPE SOUS LES FEUX DE L’OPPOSITION?

En fait, il ne s’agit que de scepticisme né d’apparences et de préjugés. Puisqu’on ne reconnaît l’artisan qu’à l’oeuvre, ne faudra-t-il pas attendre, leur donner le temps de mettre la main à la pâte pour juger, en toute objectivité des actes qu’ils poseront ? Ce qui est clair, c’est que l’opposition qui est en train de se structurer ne fera pas de cadeau à l’actuelle équipe gouvernementale.

DU PAIN SUR LA PLANCHE

Elle a donc du pain sur la planche et a l’obligation de résultats pour confirmer le bien-fondé des choix opérés dans le sens de la formation du gouvernement. Si c’était le cas, le Premier ministre Modibo Sidibé et ses hommes démentiront les supputations en cours depuis la formation du gouvernement.

Il ne faut pas se faire des illusions, la demande sociale est forte et Modibo Sidibé et ses hommes n’auront certainement pas la tâche facile. Ils doivent tout mettre en oeuvre pour préparer la sortie du président de la République par la grande porte au terme de son mandat.

MODIBO SIDIBE ET SES MINISTRES, DEUX ATTRACTIONS

Ainsi, si pendant longtemps les regards étaient tournés vers Koulouba, aujourd’hui ce sont la Primature et les départements ministériels qui focalisent l’attention de tous et c’est ce constat qui témoigne de l’ampleur des enjeux de l’équipe gouvernementale.

Heureusement qu’ils ont tous conscience des enjeux. Toute chose qui confirme que leur passage à la tête des différents départements ministériels ne sera pas de tout repos. Mais quoi qu’on dise, la première sortie des nouveaux membres du gouvernement logiquement, doit permettre de rassurer les uns et les autres.

LE P.M JOUE SON AVENIR

Le Premier ministre Modibo Sidibé joue sa crédibilité et son avenir politique à la tête de ce gouvernement, même si de façon générale on estime qu’il n’est pas politique, ou plutôt qu’il n’appartient à aucun parti politique.

Nous l’avions dit depuis le premier mandat du président Amadou Toumani Touré qu’il n’avait pas besoin d’un Premier ministre politique, en l’occurrence qui serait issu d’un parti politique. Le choix de Modibo Sidibé comme Premier ministre semble confirmer cette conviction de fins observateurs de la scène politique nationale.

Le plus important dans tout cela, c’est de faire en sorte que le Premier ministre et les membres de son gouvernement puisse relever le plus grand nombre de défis, au point que les populations soient elles mêmes surprises par ces résultats.

C’est dans ces conditions que le Premier ministre aidera beaucoup le président de la République dans la mise en oeuvre du PDES.

Moussa SOW

16 octobre 2007.