Partager

« Je m’engage personnellement à préserver l’Etat de droit, les libertés des citoyens et les institutions démocratiques existantes(…) Aucune institution républicaine ne sera suspendue. » affirme le nouvel homme fort du pays, le général Mohamed Ould Abdel Aziz, au lendemain du coup d’Etat militaire qui a renversé le pouvoir en place à Nouakchott. Le chef de l’Etat, Sidi Ould Cheikh Abdallahi, 1er président démocratiquement élu du pays, a été arrêté mercredi lors de la prise de pouvoir par les militaires. « Ce n’est pas un coup d’Etat. Il s’agit d’une action destinée à sauver le pays« , a souligné le chef de la garde présidentielle, qui a conduit le putsch. L’arrestation du président et du premier ministre se serait réalisée « sans violence ». « Pour la bonne raison que ce sont des éléments putschistes qui assuraient la sécurité du président« . La junte a promis une élection présidentielle « libre et transparente ».