Partager

Le chef de l’exécutif Malien a entamé, ce jeudi 10 octobre 2019, une visite de deux jours dans la région de Mopti, où il y a 10 jours une attaquée terroriste a été perpétrée contre les forces armées malienne à Boulkessi et Mondoro dans la frontière Burkinabé faisant 38 morts, des blessés et des dégâts matériels importants.

Pour cette énième visite au centre du pays en proie à l’insécurité, le chef du gouvernement est accompagné du Général de Division Ibrahim Dahirou Dembélé, ministre de la Défense et des Anciens Combattants et M. Lassine Bouaré, ministre de la Cohésion sociale, de la Paix et de la Réconciliation et des élus nationaux de la région de Mopti.

Au menu de cette visite, le lancement des travaux de la 1ère réunion du Comité régional du Cadre politique de Gestion de la Crise au Centre, en présence des autorités régionale, une réunion avec tous les acteurs humanitaires pour faire le point des différentes interventions réalisées afin de mieux répondre aux besoins des populations sinistrées.

En 5ème région, le Dr Boubou Cissé rencontrera également la hiérarchie militaire pour évoquer certainement avec elle les questions sécuritaires. Dix jours après que deux positions de l’armée aient été frappées à Boulkéssi et Mondoro par le groupe de soutien à l’islam et aux musulmans, une coalition jihadiste dirigée par Iyad Ag Ghali, associé à Amadou Koufa de la katiba du Macina dans le centre du Mali et à Aqmi, Al-Qaïda au Maghreb islamique. Le premier ministre profitera de cette visite pour apporter, une fois de plus, le soutien de l’exécutif aux FAMAs et surtout remonter le moral des troupes après la perte de leurs frères d’armes.

Cette sortie du PM doit faire l’occasion pour le gouvernement et la hiérarchie militaire de réfléchir sur une nouvelle tactique de défense pour mettre hors de nos frontières l’hydre du terrorisme. Des visite aux blessés des récentes attaques de Boulkessi et Mondoro, un repas de corps avec la troupe et le au lancement du DDR spécial de Soufroulaye mettront fin à cette périple de quarante huit heures.

Siaka DIAMOUTENE
L’Inf@sept du 11 Octobre 2019