Partager


A Malabo, la capitale de la Guinée Equatoriale, un policier guinéen a tiré à balle réelle sur un malien. Selon les informations que nous avons recueillies auprès de M. Abdoulaye Cissé, un malien résident dans ce pays, c’était dans la nuit du mercredi 14 mai 2008. La victime malienne s’appelle Boubacary Marégua, âgé de 29 ans
.

En effet, ce jeune qui vient d’être assassiné était un gardien du Directeur d’une société française installée à Malabo. La société s’appelle “Bouygues”. Le policier qui a tiré sur le Malien a pris la tangente à bord d’un taxi.

Le corps du défunt

Selon notre interlocuteur, le corps du défunt a passé la nuit du 15 mai 2008 dans la rue de la capitale. Le lendemain matin les maliens résidents à Malabo sont sortis nombreux pour exprimer non seulement leur compassion mais aussi pour protéger le corps de Boubacary en attendant l’arrivée de l’ambulance pour le transporter à la morgue.

Toujours dans la journée du 15 mai, le matin trop tôt, le Consul, ses collaborateurs et les membres du bureau des maliens de l’extérieur ont entamé les démarches auprès de la police pour qu’on puisse amener le corps à la morgue.

Par ailleurs après la levée du corps pour la morgue, les maliens se sont rendus au Consulat situé à 300 mètres du lieu du crime, au quartier <<Karacolas>>. Mais très nombreux, pour la petite cour, certains sont restés dans la rue, devant le Consulat.

Cet attroupement, dira-t-il , devant le Consulat n’a pas plu à la police qui voulait noyer le meurtre de notre compatriote par une autre situation qu’ignorent les Maliens de Guinée. Au moment où le Consul, ses collaborateurs et certains membres du bureau des Maliens de l’extérieur étaient à la morgue, la police a profité pour demander à tous les Maliens, environ 200 personnes de s’entasser dans la cour et a ainsi fermé la porte.

Un fait impardonnable

Aussitôt informé par téléphone, a indiqué notre compatriote, le Consul malien accrédité en Malabo s’est tout de suite présenté. Il a demandé en effet au Directeur de la police de Malabo de laisser les Maliens partir chez eux, chose qu’il a refusée. Ce dernier a même demandé un renfort de policiers, au moins une vingtaine, pour renforcer les troupes qui assiégeaient le Consulat.

Malgré les démarches du Consul auprès du ministère des Affaires Etrangères de la Guinée Equatoriale, le Consulat est resté toujours assiégé. Quel fait délibéré ? Notre interlocuteur depuis Malabo a dit : “Je ne suis pas diplomate, mais je pense qu’une mission diplomatique ou consulaire est inviolable par le pays hôte”.

Il s’est ensuite posé la question de savoir pourquoi alors la mission consulaire du Mali à Malabo, quelle que soit la raison est assiégée depuis le jeudi 15 mai 2008 par les policiers de la Guinée Equatoriale ? Qu’elle a été la réaction des autorités maliennes face à cette situation ? Ou bien la Guinée Equatoriale est-elle au-dessus des conventions internationales en matière d’inviolabilité des missions diplomatiques ou consulaires ?

A ses dires, jusqu’à la date du lundi 19 mai, le Consulat est toujours assiégé par des policiers Malabo-guinéens. En attendant une réaction du gouvernement malien pour la libération de leur mission consulaire, ces Maliens enfermés se partageant une petite cour, vivent de mauvais jours dans leur consulat assiégé.

Le Gouvernement interpellé

Face à la situation inquiétante qui viole les relations bilatérales entre nos deux pays, les Maliens résident en Guinée Equatoriale demandent avec impatience la réaction énergique de notre gouvernement.

Selon nos sources depuis Malabo, deux correspondances ont été envoyées aux ministères des Affaires Etrangères et de la Coopération Internationale et des Maliens de l’Extérieur et de la l’Intégration Africaine.

Seul le département des Maliens de l’Extérieur a condamné l’acte. Mais nos compatriotes qui sont en Guinée Equatoriale se demandent pourquoi le gouvernement à travers le ministère des Affaires Etrangères et de la Coopération Internationale tarde-t-il à réagir auprès des plus hautes autorités guinéennes ?


Hady BARRY

21 Mai 2008