Partager

Le syndicat des journalistes reporters et l’Assemblée nationale font désormais la paix après la déclaration malheureuse du président de cette institution à l’encontre de la presse. L’information a été donnée aux journalistes par Baye Coulibaly, président de SYJOR. C’était le mercredi 25 mai 2016 au Carrefour des jeunes.
Le président de l’Assemblée nationale avait dénigré la presse nationale en disant ceci : «les problèmes de ce pays sont les fautes de la presse…». Cette déclaration n’avait pas plu aux journalistes notamment le syndicat des journalistes reporters (Syjor), qui avait demandé à l’époque des excuses de la part de Issiaka Sidibé, sous peine de boycott de la couverture médiatique de ses activités.
Après des démarches, deux rencontres ont eu lieu entre le bureau exécutif du Syjor et la commission chargée de l’éducation, de la culture et de la communication de l’Assemblée nationale. Suite à ces rencontres avec la Commission communication de l’Assemblée nationale et à la demande de celle-ci, le Syndicat des journalistes reporters du Mali (Syjor) a levé son mot d’ordre de boycott des activités de la 24ème assemblée régionale de l’Assemblée Parlementaire de la Francophonie, qui s’est tenue jeudi 26 mai 2016 à Bamako.
Pour Baye Coulibaly, ces deux rencontres avec les élus ont permis d’élaborer un plan de travail entre les deux parties. Dans ce plan de travail, le Syjor a obtenu de la Commission communication de l’Assemblée nationale, entre autres : l’amélioration des conditions d’accueil et de travail des journalistes lors des sessions parlementaires ; la mise en place d’un cadre de collaboration entre les reporters et l’Assemblée nationale. La Commission Communication de l’AN s’est engagée à accompagner les journalistes reporters dans les actions visant à améliorer leurs conditions de vie et de travail, notamment le renforcement de capacités.
Y. Doumbia
30 Mai 2016