Partager

Après le scrutin du 29 avril, c’est le samedi dernier que la Cour Constitutionnelle a procédé à la proclamation définitive des résultats avec le président sortant ATT en tête (plus de 71% des voix) suivi de Ibrahim Boubacar Keïta avec un peu plus de 19%. Faut-il rappeler que le FDR (Front pour la Démocratie et la République), l’opposition conteste les actions du camp présidentiel l’ADP (Alliance pour la Démocratie et le Progrès) bien avant l’ouverture de la campagne présidentielle. Aussi, au cours de la campagne, les candidats du FDR, au lieu de présenter exclusivement leur projet de société aux électeurs, ont passé le clair de leur temps à critiquer le président sortant candidat à sa propre succession. Et depuis les premières tendances, c’est-à-dire au soir du 29 avril dernier, les candidats du FDR ont crié au scandale.

Après la proclamation des résultats provisoires par le ministère de l’Administration Territoriale, ces candidats ont demandé l’annulation pure et simple du scrutin du 29 avril. Pour ce faire, ils, le FDR, ont même organisé une conférence de presse pour déclarer qu’il y a eu tout sauf des élections le 29 avril dernier et ont organisé un meeting pour soutenir leur déclaration.

Ils ont déposé une vingtaine de requêtes demandant l’annulation du scrutin du 29 avril dernier. Au même moment, l’autre camp, l’ADP a déclaré qu’elle n’a pas été surprise par ces résultats car, selon les représentants de l’ADP, leur alliance est significative disposant des deux tiers (2/3) de l’Assemblée Nationale et de plus de 80% de conseillers nationaux.

LES DEUX CAMPS DEPARTAGES

C’est le samedi dernier que la Cour Constitutionnelle a départagé les deux camps. Et à la grande surprise, des candidats du FDR, la Cour Constitutionnelle qui a statué sur les résultats en procédant à l’annulation des irrégularités et au redressement des voix, le candidat Amadou Toumani Touré a été élu avec 71,20% alors que le même candidat avait 70,89% avec les résultats provisoires du ministère de la l’Administration Territoriale et des Collectivités Locales.

Autrement dit, au lieu que le scrutin soit annulé comme le souhaitaient les candidats du FDR, le candidat ATT a vu augmenter le nombre de ses voix, contrairement à ce que les candidats du FDR pensaient. Et malheureusement pour les opposants, toutes les requêtes qu’ils avaient formulées ont été rejetées par la Cour Constitutionnelle dans le fond mais certaines ont été acceptées dans la forme.

LES CANDIDATS DU FDR GARDENT LE SILENCE

En plus, ceux qui ont déposé ces requêtes n’ont pu apporter la preuve des accusations. Malgré la contestation du FDR avant, au cours et après du scrutin, la Cour, après avoir statué sur les résultats provisoires complets, a proclamé le candidat ATT élu président de la République. Toute chose qui n’enchante pas les candidats du FDR. Mais puisque la décision de la Cour Constitutionnelle est irrévocable, que va faire le FDR ?

Déjà tout juste après la proclamation des résultats par la Cour Constitutionnelle, les reporters de la télévision nationale ont essayé de recueillir les réactions des différents candidats M. Madiassa Maguiraga et Mme Sidibé Aminata Diallo ont bien voulu répondre, mais les candidats du FDR n’ont pas voulu réagir. Alors qu’est-ce qu’il compte faire ?

Ce qui reste pour eux, c’est de travailler pour mieux se positionner pour les législatives prochaines. Sinon la bataille de la présidentielle est arrivée à terme et le candidat ATT est sorti vainqueur avec une majorité écrasante qui démontre que le FDR est une coquille vide.

Dado CAMARA

14 mai 2007.