Partager

Dans la nuit du 18 au 19 juin 2022, 132 civils ont été tués lors d’attaques terroristes menées contre trois villages dans le cercle de Bankass, dans la région de Bandiagara. De quoi occasionner la colère de la population de Bankass qui, après avoir décrété la désobéissance civile, a manifesté, hier mardi 21 juin 2022, pour « réclamer la sécurisation des personnes et de leurs biens, la libération des parents en otage… »

Bankass est en colère. C’est sous la pluie que la population du cercle est sortie ce mardi 21 juin 2022 pour exprimer son mécontentement après la mort de 132 civils dans l’incursion terroriste contre les villages de Diallassagou, Dianweli, Deguessagou. Des femmes, en pleurs, se désolent de la recrudescence de l’insécurité dans le cercle de Bankass. « Nous en avons marre de ces attaques répétitives. Nos maris et nos enfants sont tués dans l’indifférence totale », assène une participante à la marche.

Dans un communiqué, les forces vives du cercle, les élus, les leaders communautaires et de la société civile, annoncent avoir entamé une désobéissance civile en fermant les services étatiques et non étatiques exceptés les centres de santé, les commerces et les ambulances jusqu’à nouvel ordre.

Dans la nuit du 18 au 19 juin 2022, 132 civils ont été tués lors d’attaques menées contre trois villages dans le cercle de Bankass, dans la région de Mopti, selon le gouvernement malien. Dans un communiqué, les autorités maliennes précisent que les victimes ont été « froidement tuées par les combattants de la Katiba du Macina de Amadou Kouffa dont plusieurs, parmi les auteurs, ont été formellement identifiés. »

« En cette douloureuse circonstance, le Gouvernement présente les condoléances les plus émues de la Nation aux familles des victimes et souhaite un prompt rétablissement aux blessés. Le Gouvernement condamne avec la dernière rigueur les attaques et exactions perpétrées contre de paisibles populations et rassure que toutes les dispositions seront prises pour rechercher et traduire les auteurs de ces actes criminels devant la justice. Le Gouvernement appelle à la communion des cœurs et des esprits des Maliens face à cette épreuve et réitère que la sécurité et la protection des personnes et leurs biens restent sa priorité absolue », poursuit le communiqué.

Le Président de la transition, le Colonel Assimi Goita a décrété, le lundi 20 juin 2022, un deuil national de 72 heures en hommage aux victimes. Lors de ses trois jours de deuil, « les drapeaux seront mis en berne sur tous les bâtiments et édifices publics pendant toute la durée du deuil national à partir du mardi 21 juin 2022 à zéro heure ».

M. K. Diakité

Source: Le Républicain