Partager

Après la tenue avant-hier du scrutin présidentiel au Mali, la mission d’observation de la CEDEAO est arrivée aux conclusions provisoires basées sur son appréciation du processus électoral jusqu’à la validation des résultats provisoires dans les différents bureaux de vote. Elle a félicité le peuple malien pour son patriotisme et son sens du devoir qui ont permis la conduite paisible et ordonnée de l’élection. Avant d’inviter les candidats et leurs militants à la retenue.

Dans une déclaration préliminaire, la mission des observateurs de la CEDEAO dirigée par SE John Agyekum Kufuor, a encouragé le ministère de l’Administration territoriale pour la réussite de l’élection présidentielle qui donnera aux acteurs maliens la force morale et la détermination nécessaires pour faire face aux tâches laissées en suspens, notamment l’achèvement du cycle électoral, le rétablissement total de l’autorité de l’Etat et de l’administration dans tout le pays.

Le département a été également sollicité à aborder les dernières phases du processus avec le même sens de l’urgence, d’équité, et de transparence jusqu’à la proclamation des résultats définitifs. Elle a lancé un appel aux chefs des partis, aux candidats, à leurs militants et à la presse, à démontrer la même retenue, la sérénité et le patriotisme jusqu’à la compilation et à la proclamation des résultats. En particulier, elle a exhorté les candidats à accepter avec grâce le verdict des urnes, et en cas de plaintes fondées, de recourir exclusivement aux voies légales.

A la lumière des défis identifiés par les observateurs de la CEDEAO sur le terrain, la mission d’observation a recommandé plusieurs actions. Dans les efforts visant à renforcer l’efficience et l’efficacité du processus électoral, la mission a exhorté les acteurs maliens à étudier les avantages d’un système de gestion des élections harmonisées et rationalisées en analysant les recommandations faites en 2011 et adopter un organe de gestion des élections unifié doté d’un fonds consolidé.

S’agissant d’équité dans le processus électoral, la mission a souligné que les partis politiques doivent encourager à travers les législatives et des motivations à renforcer la démocratie interne et la discrimination positive en faveur des femmes, des jeunes et des minorités. Les partis doivent faire l’effort d’éduquer leurs agents par rapport au processus électoral.

Les organes indépendants de gestion des élections sont encouragés à prendre les mesures nécessaires pour rendre les bureaux de vote accueillants pour les personnes ayant des besoins spéciaux, les personnes âgées, les handicapés physiques, les femmes enceintes et les mères, de même que les analphabètes.

En ce qui concerne les cartes NINA, la mission exhorte les OGE à prendre des mesures proactives pour actualiser le fichier électoral, réintroduire les cartes d’Identité nationales dans le processus électoral, ou renforcer la carte NINA pour y intégrer toutes les données pertinentes pour les besoins d’identification et les harmoniser étroitement avec le fichier électoral.

Par ailleurs, la mission a exprimé sa gratitude à la communauté internationale pour son soutien sans faille au Mali pendant la crise sécuritaire et institutionnelle que le pays a traversé, en particulier pour avoir pris la tête des interventions qui ont abouti à la restauration de l’intégrité territoriale du pays. Elle a exhorté la communauté internationale à maintenir le cap et à intensifier son assistance au gouvernement du Mali dans ses efforts de répondre aux défis multidimensionnels qui se posent à la consolidation de la paix, à la reconstruction post-conflit, et à la situation humanitaire.

Pour conclure, elle a félicité le ministère de l’Administration territoriale, la délégation générale aux élections, et la commission électorale nationale indépendante, la Cour constitutionnelle, et les agences de sécurité pour leur dévouement et leur professionnalisme sans faille et salué les partis politiques pour leur engagement et leur maturité pendant le processus.

Bandiougou DIABATE

30 Juillet 2013