Partager

Après avoir reconnu sa défaite lors du second tour de la présidentielle du 11 août, le candidat de l’URD, Soumaïla Cissé, a décidé de ne faire aucun recours devant la Cour constitutionnelle. Il a fait cette déclaration au cours d’une conférence de presse qu’il a animée, le mardi 13 août dernier, à l’hôtel Salam, quelques heures après l’acte hautement démocratique qu’il venait de poser en se rendant au domicile de son rival et non moins aîné, Ibrahim Boubacar Kéita, pour le féliciter de sa victoire.

Manifestement, le candidat de l’URD n’a pas apprécié la légèreté avec laquelle la Cour constitutionnelle a géré les différentes requêtes qu’il avait envoyées aux 9 sages concernant les irrégularités relevées à l’occasion du 1er tour de la présidentielle du 28 juillet.

Sans doute est-ce pour cette raison qu’il a décidé de ne plus les déranger avec d’autres recours, qui leur feront perdre du temps avant de proclamer la légitimité du nouveau Président élu. En effet, en réponse à la question d’un journaliste relative à un éventuel boycott de la Cour constitutionnelle, le candidat du parti de la poignée de mains a été sans équivoque: «pourquoi irais-je encore la déranger, vu la manière dont elle a géré les recours du 1er tour? Elle a annulé tous les recours qui lui avaient été envoyés. Pourquoi lui faire perdre du temps, alors que les Maliens attendent impatiemment que le nouveau Président élu soit proclamé très rapidement et qu’il s’attèle à répondre aux attentes des populations?».

Au cours de cette rencontre avec les journalistes, Soumi Champion est aussi revenu sur le déroulement de la campagne. Selon lui, marquant la fin du processus de sortie d’une crise multidimensionnelle grave, l’élection présidentielle de 2013 aurait dû être une fête fraternelle et populaire. C’est la raison pour laquelle il a fustigé le fait que des centaines de milliers de Maliens n’aient pas pu accomplir leur devoir civique, faute d’être sur des listes électorales.

«Les 1er et 2ème tours ont été émaillés d’irrégularités qui ont entamé largement la sincérité et la crédibilité de cette élection. L’instrumentalisation de l’armée et l’utilisation de l’appareil de commandement à des fins partisanes ont atteint une proportion jamais égalée dans ce pays.

La période électorale a malheureusement été l’occasion d’une campagne nauséabonde, de stigmatisation, recourant à l’ethnie, à la région, et à la religion. Ceux qui sont descendus dans les bas-fonds de l’ethnicisme, du racisme et de la division des Maliens ont rendu un très mauvais service à notre pays, qui se bat pour réaffirmer son unité et sa cohésion», a déclaré Soumaila Cissé.

Avant d’ajouter que, pour sa part, il avait décidé de ne poser aucun acte et de ne tenir aucun propos susceptible d’affaiblir le Mali ou de porter atteinte à la cohésion de notre Nation. Et, au regard de la fragilité de la situation du pays, lui et ses alliés ne souhaitent pas non plus ouvrir une page de contestation et d’instabilité.

Youssouf Diallo

15 Août 2013