Partager

sibyalassane.jpg

Le paysage politique malien s’est élargi le week end dernier. Un nouveau parti politique dénommé l’Union pour le Développement du Mali (UDM) Jama Ka Wasa fut porté sur les fonts baptismaux le samedi 3 mai 2008 dans le pavillon des sports du stade Modibo Keïta. Le fondateur de cet autre parti s’appelle M. Ibrahima Siby, ancien ministre des Transports sous le règne du président Alpha Oumar Konaré, ancien secrétaire général de la section RPM de la Commune II du District de Bamako.

M. Siby est actuellement directeur général de l’Office de Développement Rural de Sélingué (ODRS).

L’assemblée générale constitutive du tout nouveau parti a mis en place un bureau provisoire consensuel de 28 membres présidé par Ibrahima Siby pour conduire le parti jusqu’à la tenue du premier congrès ordinaire.


L’UDM , un parti politique de plus ?

Dans une déclaration politique lue par un certain Paul Ismaël Boro, les initiateurs de l’UDM déclarent que leur parti politique ne sera pas un parti de plus eu égard aux conditions particulières de sa création, mais un parti par et pour les patriotes maliens totalement dédiés à leur promotion dans tous les domaines. Dans quelles conditions l’UDM a été créé?

Les fondateurs de l’Union pour le Développement du Mali (UDM) pour la plupart viennent du Rassemblement pour le Mali (RPM) qui, à son tour, est né d’une dissidence de l’ADEMA qui a dirigé le Mali de 1992 à 2002. A la vielle des élections générales, surtout présidentielle de 2007, le RPM a connu une dissidence.

Des militants de la commune II comme ceux d’autres sections de l’intérieur ont pris leur distance vis-à-vis du RPM. Avant d’aboutir à la création de l’UDM, ils ont d’abord créé des associations de développement dans certaines localités du pays. Ce sont ces associations d’horizons divers ethniques et culturelles qui se sont retrouvées ensemble pour porter solennellement sur les fonts baptismaux le 3 mai 2008 l’Union pour le développement du Mali (UDM)-Jama Ka Wassa.

Les délégués à l’assemblée constitutive proviennent de Kita, Diéma, Yélimané, Koulikoro, Banamba, Kolokani, Dioïla, Béléco, Nara, Ouelessébougou, Markala, Mourdia, Sikasso, Yanfolila, Kolondièba, San, Niono, Bla, Tominian, Mopti, Koutiala, Niafunké plus les six communes du District de Bamako et Kati.

Les initiateurs de l’UDM se sont fixés comme objectif de contribuer à la réhabilitation de l’homme malien, et réconcilier la politique la morale et l’ethique, proposer aux Maliens une alternative capable de réhabiliter la chose politique, afin d’officier à ce peuple une nouvelle raison d’espérer.

L’UDM salue la création de la commission Daba Diawara

La recomposition de la classe politique malienne est imminente. Il y va de la crédibilité de la politique et de la démocratie. “Cependant cette réfondation ne sera utile et complète que lorsqu’elle prendra en compte l’assainissement des relations entre les acteurs politiques et les populations et électeurs d’une part et d’autre part la redéfinition des règles du jeu entre les acteurs eux mêmes.

Notre conception est que les partis doivent être les espaces où se rencontrent et se confrontent les idées, options et initiatives afin que de cette diversité naissent les options les meilleures pour la construction du pays”, a dit M. Ibrahima Siby dans le discours d’orientation du parti.

L’UDM-Jama Ka Wassa estime qu’il est aussi indispensable qu’un regard critique soit porté sur les règles internes de fonctionnement des partis politiques. Pour l’UDM, les partis doivent forcement être des modèles de démocratie tant dans leur organisation que dans leur fonctionnement.

C’est dans ce sens que le bureau provisoire de l’UDM salue l’initiative des plus hautes autorités du Mali d’avoir engagé des réflexions au niveau national pour conforter davantage la démocratie au Mali. Il s’agit précisément de la mission confiée à Daba Diawara.


L’UDM soutien la mise en oeuvre du PDES

C’est sur la base du Projet de Développement
Economique et Social (PDES) que les Maliens ont réélu Amadou Toumani Touré à la tête de l’Etat en 2007. Le président du bureau provisoire de l’UDM a attiré l’attention des militants du nouveau parti sur le soutien de la mise en oeuvre du PDES.

“Nous apprécions le PDES comme étant une base intéressante pour amorcer un élan dans la quête légitime de progrès du peuple malien. L’UDM suit en conséquence avec intérêt l’action du gouvernement et ne manquera pas d’aviser à temps opportun”, a conclu M. Ibrahima Siby.

Daba Balla KEITA

05 Mai 2008