Partager

Les Forces démocratiques de libération du Rwanda se disent prêts à remettre leurs armes à la Monusco et au gouvernement rwandais, a déclaré à RFI le secrétaire exécutif intérimaire des rebelles rwandais. Le gouvernement congolais estime que la démarche est encourageante, mais la Monusco se montre prudente. Kigali a immédiatement rejeté la négociation proposée par les FDLR pour résoudre la crise au Rwanda. Ce groupe armé étranger qui prétend combattre le régime rwandais a commis de nombreux crimes en territoire congolais, a pour sa part tenu à rappeler le porte-parole du gouvernement de Kinshasa, Lambert Mendé. Le porte-parole du gouvernement congolais prévient : «Nous allons continuer à les pourchasser jusqu’à ce que nous ayons la preuve qu’effectivement, les choses se sont arrêtées de leur côté.» La Monusco se montre également méfiante. Elle dit vérifier si la déclaration engage l’ensemble du mouvement ou si elle ne représente que le point de vue de quelques-uns. Pour la force des Nations unies en RDC, les FDLR cherchent peut-être à gagner du temps. Après la défaite du M23, ils sont devenus la nouvelle cible des opérations. RFI