Partager

Une mission des Nations Unies séjourne actuellement dans notre pays, pour faire le point de l’organisation du processus électoral au Mali, à la demande du Président de la République par intérim, le Pr Dioncounda Traoré. Elle a eu une première rencontre, le mardi 20 novembre dernier, avec la Commission électorale nationale indépendante (CENI), à son siège à Korofina.

Cette mission a été reçue par le premier Vice-président de la CENI, Issaga Kampo, avec quelques membres de son Bureau national. La mission est conduite par Tadjoudine Ali Diabacté, Directeur adjoint de la Division de l’assistance électorale au siège de l’ONU.

Le moins que l’on puise dire, c’est cette mission est rentrée bredouille de cette visite à la CENI. En effet, les membres de la mission onusienne n’ont pas reçu de réponses définitives concernant les points qui ont fait l’objet de leurs échanges avec les membres de la structure chargée de la supervision du processus électoral au Mali.

La mission était venue demander à la CENI s’il était possible d’organiser des élections avant la libération de nos territoires occupés. Sur cette question, les membres de la Commission ont été très clairs, et ont fait savoir à la délégation que cette prérogative relevait de la seule compétence des autorités de l’Etat malien, le gouvernement en l’occurrence.

Autre sujet abordé, la liste électorale. Faut-il faire les élections avec un fichier issu du RAVEC ou avec le célèbre Fichier électoral consensuel (FEC)? Les membres de la CENI ont répondu qu’ils attendaient l’issue d’une rencontre qu’ils devraient avoir avec l’administration et la Délégation générale aux élections (DGE). Les deux parties ont ensuite discuté des délais nécessaires à l’organisation des élections.

Du côté des missionnaires, le chef de la délégation a déclaré qu’ils assisteront le Mali pour l’organisation des élections crédibles et transparentes, dont les résultats seront acceptés par tous.

Youssouf Diallo

22 Septembre du 22 Novembre 2012