Partager

A l’heure actuelle, la problématique de l’eau potable ne fait qu’empirer à Kalabancoro, puisque les vendeurs d’eau, qui avaient l’habitude de livrer le bidon aux populations dudit quartier à 50 FCFA, viennent de renchérir ce prix au double : 100 FCFA.


Et pourtant, dans bon nombre de quartiers, on trouve le bidon d’eau à 50 FCFA, sinon moins. C’est le cas à Kalaban-coura, Baco-Djicoroni, Quartier-Mali, Sabalibougou, Daoudabougou, Garantiguibougou, Djélibougou, Boulkassoumbou, Niamakoro…

A Boulkassoumbougou, Djélibougou et Sabalibougou par exemple, on trouve le bidon d’eau à 35 FCFA. A Niamakoro, on le trouve pour 25 FCFA, mais seulement pour un bidon de 20 litres. Pourtant, Kalabancoro est un quartier presque contigü à ceux de Sabalibougou, Garantiguibougou et Kalaban-coura.

Aussi, se pose-t-on bien des questions. Pourquoi cette hausse, sinon cette flamblée subite des prix des bidons d’eau ? Est-ce parce que le quartier de Kalabancoro relève de la Commune de Kati, ou parce que c’est un quartier à part entière ? Est-ce parceque ces vendeurs d’eau monnayent très cher leur force physique?

Si tel n’est pas le cas, cette hausse du prix du bidon d’eau n’a pas sa raison d’être, quand on sait que c’est la conjoncture mondiale qui a occassionné cette cherté de la vie. Et cette cherté ne concerne seulement que les produits de première nécessité. Pourtant, l’eau ne fait guère partie de ces produits. D’autre part, l’énergie du Mali n’a pas augmenté ses taxes sur la consommation en eau.

Aussi, c’est face à cette situation révoltante que certaines personnes, particulièrement les femmes, ont affirmé leur ras-le-bol,tout en interpellant les autorités communales de Kalabancoro, afin qu’elles trouvent une solution, sinon qu’elles prennent des mesures contre cette pratique dont les femmes paient un lourd tribut.

D’ailleurs, il est temps que le quartier de Kalabancoro soit équipé en robinets et bornes-fontaines, afin qu’une solution idoine soit définitivement trouvée à cette problématique de l’eau qui touche les populations du quartier.

Signalons qu’en matière d’approvisionnement, le quartier de Kalabancoro est jusqu’à présent servi en eau potable par… un seul château d’eau installé au niveau du marché. Les populations du quartier ont donc le plus grand besoin d’eau potable. Aussi doivent-elles être soutenues par des mesures d’urgence, ne serait-ce que pour arrêter le calvaire des femmes.

Mariétou KONATE

23 Juin 2008