Partager

Depuis quelques jours, les enfants de Ségou se regardent en chiens de faïence. Pour cause, le PDG du Grand Grenier du Bonheur (GGB) s’estime escroqué par la Société Malienne de Transport (SOMATRA) car n’ayant pas exécuté convenablement le marché conclu pour le transport du riz. Alors, déçu et dépassé, GGB a porté plainte pour escroquerie contre Somatra.

Le pays vit aujourd’hui une situation des plus difficiles à cause de nombreux facteurs exogènes et endogènes. Pour le soulager de ses difficultés, certains gros importateurs ont décidé de jouer pleinement leur rôle afin que les Maliennes et les Maliens puissent être servis en riz.

Si, cela fut, il fallait compter avec le transport. C’est certainement dans cet esprit que les deux sociétés ont scellé un contrat. Pourtant, il faut savoir que l’approvisionnement en question court jusqu’au 30 septembre 2008, date butoir des exonérations de l’Etat. Face à cette situation, tous les commerçants voudraient voir leurs stocks au Mali avant cette date.

Il semblerait que la Somatra n’a pas joué franc jeu avec GGB, malgré de nombreux efforts fournis par le grand grenier. En atteste, la lettre adressée au président de la CCIM et la plainte déposée au camp I de la gendarmerie. Lesquelles soulignent que le montant du contrat, pour l’évacuation de 2000 tonnes de riz sur Bamako via Abidjan, s’élève à 75 millions de nos francs. Sur laquelle somme, GGB a débloqué comme avance (frais de transport) 52.500. 000 depuis le 17 mai 08.

Attendant son riz, GGB a été surpris de constater que la Somatra est en train de lui jouer un mauvais coup. Pour ne pas perdre son crédit, à cause de son engagement face au peuple, Bakoré opte pour la méthode dure. Ainsi, il réclame le reliquat non transporté de 45.610.500 FCFA soit au transport de son riz (1216 tonnes) dans un bref délai.

La SOMATRA se défend au moment que Bakoré serait lui-même à l’origine du retard car les arrivées au port auraient pris du retard et les camions auraient été détournés du chemin prévu (Bamako) pour Ségou par Bakoré. Mais contre du carburant. Comment donc SOMATRA a accepté un tel marché si cela suffisait à se dérober de sa tâche ? Autre propos, SOMATRA parle même de dette antérieure que Bakoré n’aurait pas pu totalement lui payer.

Encore une fois, la crise actuelle se prête-t-elle à ces élucubrations ? Afin d’éviter la grogne des populations, certainement la Somatra va s’exécuter. Sinon, il ne sert à rien de se focaliser sur des inerties. Elle pourrait alors réclamer ses dettes. Le pays souffre, il faut d’abord le riz de GGB à la disposition des populations, et disposer de Bakoré après.

En d’autres termes, il serait souhaitable que les enfants de Ségou se retrouvent pour que le Mali en sorte grandi. Parce qu’il ne servira à rien ces tirs croisés par presse interposée, la vérité étant ce qu’elle est, amère mais éternelle.


B. DABO

22 Août 2008