Partager

Afin de remédier à la grave pénurie d’eau potable dont sont victimes les populations de Bamako et environnants, le gouvernement du Mali et ses partenaires ont entrepris un gigantesque projet de construction d’une usine de production d’eau potable d’une valeur d’environ 106 millions d’Euro, soit 69,4 milliards de FCFA. La première pierre a été posée, le samedi 28 Mai 2016 à Kabala sous la houlette du ministre malien de l’Energie et de l’Eau Mamadou Frankaly Keita, en présence de l’Ambassadeur de France au Mali Gilles Huberson représentant les partenaires techniques et financiers et de plusieurs ministres et Directeurs.

Le ministre de l’Energie et de l’Eau Mamadou Frankaly Keita a entamé ses propos en exposant les énormes difficultés que rencontrent les populations de Bamako afin de se procurer de l’eau potable. Depuis plusieurs années, la ville de Bamako est confrontée à une situation quasi-permanente de déficit de production d’eau potable pour satisfaire les besoins croissants des populations, dit-il. « La seule véritable station actuelle de production d’eau potable située à Djicoroni para en rive gauche du fleuve Niger, a été construite en 1956 pour une population d’une toute autre dimension.

Malgré les extensions subséquentes, cette station ne peut plus répondre à la demande croissante en eau potable de la ville de Bamako en proie à une urbanisation galopante », affirme le ministre Keita. Il a rappelé les efforts consentis par le gouvernement malien en aménageant des stations compactes de potabilisation d’eau le long du fleuve Niger sans parvenir à satisfaire l’attente des populations.

Pour résorber le déficit structurel d’alimentation en eau potable de la ville de Bamako, il fallait un projet structurant : le projet d’alimentation en eau potable de la ville de Bamako à partir de la localité de Kabala est une réponse appropriée à cette attente des Bamakois, garantit le ministre de l’Energie et de l’eau. Les travaux une fois terminée permettront de doter la ville de Bamako de 288 millions de litre d’eau par jour ; 1400 Km de réseau, 1208 bornes fontaines, prés de 90 000 branchements sociaux, bref on assistera au doublement de la capacité actuelle de desserte en eau potable, rassure le ministre Keita.

Il a affirmé que les travaux seront exécutés dans un délai global de 30 mois tout en invitant les entreprises à veiller scrupuleusement au respect des délais et sur la qualité des travaux. Gilles Huberson l’ambassadeur de France au Mali a indiqué que la réalisation de cette usine permettra d’assouvir la souffrance des populations de Bamako en eau potable.

« D’un coût total d’environ 106 millions d’euros, soit 69,4 milliards de francs CFA, la composante production du projet de kabala porte sur la réalisation : d’une station de traitement d’eau d’une capacité de 288 000m3, d’une prise d’eau dans le fleuve Niger et d’une conduite de refoulement d’eau traitée », précise-t-il. Il a réaffirmé l’accompagnement des partenaires techniques et financiers au gouvernement du Mali afin de lui permettre d’alléger la souffrance des populations maliennes.

Moussa Samba Diallo

31 Mai 2016