Partager

Les membres de la fondation des femmes d’Afriques et culture-mémorial de Rufisque comité national du Mali (FAC-MR/CNM) ont organisé le samedi 27 juillet 2019 un atelier de réflexion et de plaidoyer sur la loi N°2015-052. La cérémonie d’ouverture était placée sous la présidence du ministre de la promotion des femmes de l’enfant et de la famille. L’objectif de cet atelier est de faire le point sur l’application de la loi N° 2015-052, de recenser les difficultés rencontrées et de faire des propositions de solutions pour l’application effective de cette loi dans toutes les instances électives et nominatives.

Les autorités du Mali ont adopté le 18 décembre 2018 la loi N° 2015-052 portant sur la promotion du genre dans les instances de nominations et électives au Mali. L’application effective de cette loi n’est pas effective depuis son adoption. C’est dans le but de mener des réflexions sur les pistes de solution et de faire des plaidoiries à l’endroit des autorités pour l’application de ladite loi que les femmes du FAC-MR/CNM ont organisé cet atelier. Cette rencontre d’échange est aussi organisée en prélude du 31 juillet, journée panafricaine des femmes.

La secrétaire exécutif de la FAC-MR/ CNM Daoulé Diallo Ba dans son intervention a déploré la lenteur de l’application de la loi N°2015-052. Selon ses dires, l’application de cette loi permettra aux femmes de participer au développement socio-économique et politique du Mali. Elle estime que l’application de cette loi est un gage du développement et de la paix au Mali. C’est pourquoi la secrétaire exécutif MBa a invité les femmes à se battre pour l’application effective de la loi N°2015-052. « Nous devons continuer à œuvrer pour la participation effective des femmes au processus de développement socio-économique du Mali » a-t-elle affirmé;

L’occasion était opportune pour la secrétaire exécutif de rappeler à ses sœurs les activités de cette fondation de sa création à nos jours. Selon elle, les femmes de cette fondation ont participé à la lutte syndicale menée par les travailleurs soudanais et maliens, elles ont mis leur force pour l’édification de la jeune République du Mali. Elle ajoute que les femmes de cette fondation ont participé à la création de la Commission Sociale des Femmes qui a permis l’adoption du code du mariage de 1962. Toujours selon la secrétaire exécutif, la lutte des femmes de la fondation a permis l’adoption de la journée panafricaine des femmes le 31 juillet 1962 à Dar Es Salam en Tanzanie.

Pour sa part, la ministre de la promotion de la femme, de l’enfant et de la famille Aissata Kassa Traoré a réitéré l’engagement de son département à accompagner les femmes de la FAC-MR/CNM dans leur lutte pour l’application effective de la loi N°2015-052.

Bissidi Simpara
Bamako, le 29 Juillet 2019
©AFRIBONE