Partager

Au Mali, si d’importants progrès vers le plein rétablissement de l’ordre constitutionnel ont été réalisés, d’autres importants domaines n’ont pas connu cette avancée, comme « le rétablissement de l’autorité de l’État et des services de base dans le nord et la mise en œuvre de l’accord préliminaire, y compris le cantonnement des groupes armés. Les réunions du Comité de suivi et d’évaluation et de la Commission technique mixte de sécurité, prévues en novembre et décembre, n’ont pu se tenir », souligne le rapport du Secrétaire général des Nations-Unies, en date du 2 janvier 2014. Il a invité tous les acteurs maliens à décider d’une « feuille de route organisant le plus rapidement possible des négociations ouvertes à tous, conformément aux dispositions de l’accord préliminaire ». Le Groupe de soutien et de suivi sur la situation au Mali, coprésidé par l’Union africaine, la CEDEAO et l’ONU, a tenu sa sixième réunion à Bamako au cours de laquelle, les participants ont de nouveau souligné que le rétablissement effectif de l’autorité de l’État dans le nord du pays passe par l’application des dispositions de l’accord préliminaire, selon le rapport des Nations-Unies.

Le Secrétaire général des Nations-Unies, Ban Ki Moon vient de produire un rapport sur la situation au Mali, tel que recommandé par le Conseil de sécurité dans la résolution 2100, qui crée la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation au Mali (MINUSMA). Suivant cette résolution, le secrétaire général doit lui faire rapport tous les trois mois, à compter du 1er juillet 2013, sur l’état de sécurité, les questions politiques prioritaires et l’évolution de la situation des droits de l’homme et du droit international humanitaire, de leur protection et de leur promotion, ainsi que le bilan des effectifs militaires, de la constitution des forces et du déploiement de tous les éléments constitutifs de la Mission. Le présent rapport porte sur la période du 30 septembre au 21 décembre 2013.

Selon le présent rapport du Secrétaire général la période considérée a été marquée par d’importants progrès vers le plein rétablissement de l’ordre constitutionnel, caractérisés par la tenue d’élections législatives transparentes et bien organisées. Des efforts considérables ont été également entrepris en vue de la tenue de consultations nationales et de la reconstruction. Les progrès ont toutefois été plus lents dans d’autres importants domaines, en particulier en ce qui concerne le rétablissement de l’autorité de l’État et des services de base dans le nord et la mise en œuvre de l’accord préliminaire, y compris le cantonnement des groupes armés. Les réunions du Comité de suivi et d’évaluation et de la Commission technique mixte de sécurité, prévues en novembre et décembre, n’ont pu se tenir.

Recrudescence des tensions

« Au cours de la période considérée, les conditions de sécurité se sont Considérablement détériorées dans le nord. Des attentats à l’engin explosif improvisé ont été perpétrés, preuve que les groupes terroristes et autres se sont réorganisés et qu’ils sont de nouveau en mesure de mener des opérations », selon le secrétaire général de l’ONU Ban Ki Moon.

Kidal a connu une recrudescence des tensions, et des affrontements intercommunautaires ont été signalés dans les régions de Gao et de Tombouctou. Le Mouvement pour l’unité et le jihad en Afrique de l’Ouest (Mujao) a revendiqué plusieurs actes commis à Gao.

Désarmement, démobilisation et réintégration

L’accord préliminaire prévoit notamment le cantonnement des groupes armés dans une première phase, en attendant la mise en place d’un processus général de désarmement, de démobilisation et de réintégration dans le cadre d’un accord de paix global. Le processus de cantonnement actuel constitue une mesure de stabilisation intérimaire mais d’importants problèmes persistent. Le MNLA et le HCUA, qui revendiquent entre 7 000 et 10 000 membres au total, ont soumis à la Commission technique mixte de sécurité une liste de 9 088 combattants pour la seule région de Kidal. Or, « seuls 1 847 de ces combattants figurent sur la liste dressée aux fins du cantonnement. Un nombre encore plus restreint est en fait cantonné dans trois sites dans la région de Kidal. Pour les groupes armés, l’insécurité qui règne dans le nord est le principal facteur qui empêche le cantonnement d’un plus grand nombre de combattants », note le rapport du secrétaire général des Nations-Unies.

La MINUSMA apporte un appui stratégique et technique au processus de cantonnement. Outre le soutien logistique, la nourriture et l’eau qu’elle fournit aux combattants du MNLA et du HCUA dans les trois sites de cantonnement existants, la Mission aide le Gouvernement à élaborer une stratégie de cantonnement en vue de mieux définir la portée du processus et la transition à terme vers la nécessaire opération de désarmement, de démobilisation et de réintégration, indique le rapport. Par ailleurs, la Mission recherche des sources de financement pour accroître le soutien logistique apporté aux sites de cantonnement existants ainsi que pour la mise en place éventuelle de huit autres, notamment pour les combattants du Mouvement arabe de l’Azawad et de la Coordination des mouvements et forces patriotiques de résistance. Outre l’appui matériel et technique, la MINUSMA préconise la mise en œuvre d’initiatives locales pour accompagner le processus et favoriser l’instauration d’un environnement de paix dans les localités proches des sites de cantonnement.

Réforme du secteur de la sécurité

Cette reforme est en marche, si l’on en croit au rapport du Secrétaire général. Le 8 novembre, le Président Keïta a nommé un nouveau chef d’état-major des armées, un nouveau directeur général de la Police nationale et un nouveau chef des services de renseignement. Le 2 décembre, le Gouvernement a officiellement lancé la réforme du secteur de la défense et créé 11 sous-groupes de travail (doctrine, restructuration des forces armées, organisation territoriale et opérationnelle de la défense, appui logistique, capacités opérationnelles, gestion des ressources humaines, formation, renseignement, coopération régionale et communications) afin d’élaborer une stratégie globale, précise le rapport.

La présence de la police, de la gendarmerie et de la garde nationale maliennes dans le nord du pays reste très limitée, mais les efforts en vue d’accroître les effectifs se poursuivent. Au 16 décembre, 207 policiers, 367 gendarmes et 487 gardes nationaux avaient été déployés dans les régions de Gao, Kidal, Mopti et Tombouctou. L’absence d’infrastructures de base telles que tribunaux, prisons, bureaux et logements ainsi que les conditions de sécurité ont empêché le redéploiement des autorités judiciaires dans les régions du nord, notamment dans celle de Kidal. « À ce jour, seuls deux procureurs et six agents de l’administration pénitentiaire ont été envoyés à Gao et Tombouctou. Les insuffisances de l’administration pénitentiaire à Kidal pourraient conduire à l’impunité des crimes », selon le rapport.

Coordination internationale

Le 2 novembre, le Groupe de soutien et de suivi sur la situation au Mali, coprésidé par l’Union africaine, la CEDEAO et l’ONU, a tenu sa sixième réunion à Bamako. Cette rencontre a été l’occasion d’un échange de vues entre le Groupe et le Gouvernement malien concernant les progrès accomplis par le pays dans l’action qu’il mène pour relever les nombreux défis auxquels il doit faire face. Tout en notant avec satisfaction que d’importants progrès avaient été réalisés dans le processus de stabilisation du climat politique au cours des derniers mois, les participants ont de nouveau souligné que le rétablissement effectif de l’autorité de l’État dans le nord du pays passe par l’application des dispositions de l’accord préliminaire. Ils ont également fait part de leur vive préoccupation face à la précarité des conditions de sécurité qui règnent dans le nord du Mali et souligné la nécessité d’adopter une démarche globale et coordonnée pour faire face aux problèmes que connaît la région du Sahel.

L’incontournable accord préliminaire

Depuis l’élection présidentielle, des progrès remarquables ont été accomplis dans l’effort de stabilisation du Mali. Ainsi, les élections législatives se sont déroulées de façon pacifique et transparente, marquant le retour complet de l’ordre constitutionnel dans le pays. Le Gouvernement a pris des initiatives destinées à lancer un processus de consultation : il a ainsi organisé les états généraux de la décentralisation, les assises nationales sur le nord et les assises locales et régionales sur Gao. Les parties en présence ont pris des mesures visant à appliquer l’accord préliminaire, notamment en ce qui concerne les mesures de confiance, et je tiens à féliciter les autorités maliennes pour les dispositions qu’elles ont prises à cet égard, dans le cadre de l’accord préliminaire, poursuit le rapport.

Les assises mentionnées ci-dessus ne sont que la première étape de la longue route qui doit permettre d’asseoir l’autorité de l’État sur l’ensemble du pays et de rétablir la paix et la stabilité au Mali. Elles permettent aux Maliens d’entamer un véritable dialogue national, ouvert à tous, concernant les obstacles que leur pays doit surmonter, et de se mettre d’accord sur la façon de traiter les causes profondes de la crise. « J’engage les groupes armés à soutenir activement ce dialogue ouvert, ainsi que les processus de cantonnement et de désarmement, démobilisation et réintégration, comme la résolution 2100 (2013) du Conseil de sécurité et l’accord préliminaire les y invitent. J’invite tous les acteurs maliens à profiter de cet élan et à décider d’une feuille de route organisant le plus rapidement possible des négociations ouvertes à tous, conformément aux dispositions de l’accord préliminaire », indique le rapport.

Le secrétaire général des NU, s’est dit vivement préoccupé par les conditions de sécurité précaires qui règnent dans le nord du Mali, et notamment par la recrudescence des attaques terroristes, à la suite desquelles des civils et des membres des forces de sécurité maliens, quatre soldats de la MINUSMA et deux journalistes français ont été tués ou blessés pendant la période considérée. Il a exhorté les parties à l’accord préliminaire à s’abstenir de tout acte de provocation et de violence et à travailler ensemble à garantir la sécurité de l’ensemble des Maliens, et, dans cette perspective, à prendre notamment des mesures de renforcement de la sécurité dans le nord, à faciliter le retour des réfugiés et à veiller au déploiement progressif des administrations locales et des forces de sécurité et de défense sur l’ensemble du territoire. « Pour faire face à cette situation précaire et aux menaces d’attaques, la seule solution consiste à combiner des initiatives et une coopération militaires concrètes, le lancement de négociations politiques ouvertes à tous et la réalisation de progrès en vue d’un relèvement rapide », selon le rapport.

Synthèse B. Daou

Le Républicain du 13 Janvier 2014