Partager

Une odeur de magouille au MCA ?

En septembre dernier, le dépouillement des offres techniques de l’appel d’offres sur la supervision de la conception et de la construction pour la modernisation et l’extension de l’aéroport international de Bamako a abouti à la présélection de deux bureaux d’études : Tecsult et du groupement Ineco-Lameda-Arcade (Groupement ILA). Avec respectivement 79,8 et 78 points.

A l’ouverture des offres financières, le 24 septembre 2008, le Groupement Ila avec 7 165 843 US est moins disant que son concurrent avec 13 960 830 US. C’est dire que la première entreprise citée devrait normalement être adjudicatrice du marché.

Seulement voilà : le MCA, chargé de l’évaluation des offres, vient de délibérer en disqualifiant le Groupement Ila, celui-là même qui était en bonne position pour enlever le marché. L’argument mis en avant porte sur une «sous estimation financière de la mission proposée». Cette décision a été vivement contestée par le Groupement Ila qui réclame un réexamen des différentes propositions par une commission neutre et équitable et cela dans le respect des procédures.

La présidence de la République, la Primature, les Américains et la Directrice du MCA ont été saisis pour tirer au clair cette affaire qui sent une odeur de magouille. C’est dommage que cette affaire interviennent au moment où l’on organise les Etats Généraux sur la corruption et la délinquance financière. Qui avait dit que les projets du MCA seront gérés dans la plus grande transparence ?

Chahana Takiou

27 Novembre 2008