Partager


Un marché de vente de 10 000 tonnes de riz importé à l’Office des produits alimentaires du Mali (Opam) vient d’être adjugé à Bakoré Sylla du Grand grenier du bonheur (GGB) pour 3,6 milliards de F CFA. L’appel d’offres a fait des mécontents qui l’ont fait savoir à la plus haute autorité de l’Etat.

Au moment où le président de la République se penche sur la moralisation des marchés publics avec la création prochaine d’une Agence, ce domaine se signale en mal.

La semaine dernière, nous parlions du recrutement d’un consultant par le ministère de l’Equipement et des Transports où le moins disant a été écarté au profit du plus disant, ce qui a provoqué l’ire du principal bailleur de fonds. Aujourd’hui, l’appel d’offres de 20 000 tonnes de riz dont 10 000 tonnes attribuées au GGB de Bakoré Sylla pour un montant de 3,6 milliards de F CFA va immanquablement défrayer une fois de plus la chronique.

L’opération remonte à février 2008 quand le gouvernement a obtenu auprès d’un pool bancaire dirigé par la Banque nationale pour le développement agricole (BNDA), le financement de l’achat de 20 000 tonnes de riz local pour 5,7 milliards de nos francs. Au niveau de la région de Ségou une organisation paysanne dénommée Pacem et des opérateurs économiques locaux ont été retenus pour 4000 tonnes. Pour le district de Bamako, l’offre des mêmes postulants de Ségou de même que GGB de Bakoré Sylla et GDCM de Modibo Kéita l’a emporté.

Cette offre portant sur le riz local a été plus tard abandonnée au profit du riz importé (thaïlandais et indien) en vue de faire face à la crise céréalière. C’est ainsi qu’une nouvelle offre a été lancée par l’Office des produits agricoles du Mali (Opam) et le Commissariat à la sécurité alimentaire (CSA) avec des soumissionnaires comme GGB, GDCM, Fikane-SA, SMCC-SA, Astan Kouma.

L’offre de Fikena-SA (335 000 F la tonne à Bamako) et celles d’Astan Kouma et SMCC-SA qui ont proposé chacune 350 000 F la tonne à Bamako ont été jugées moins disant. GGB de Bakoré avait proposé 360 000 F CFA la tonne à Bamako et Mopti et 370 000 F à Gao. GDCM de Modibo Kéita avait été écarté pour avoir proposé une autre qualité de riz que celle recommandée par l’appel d’offres, c’est-à-dire le riz thaïlandais et indien.


Le gouvernement juge et partie ?

Quoiqu’il soit le plus offrant, GGB a finalement eu la grosse part du gâteau avec 10 000 tonnes, soit 3,6 milliards de F CFA. Il est secondé par la dame Astan Kouma qui a eu 2500 tonnes ou 875 millions de F CFA. Comment le plus disant s’offre un marché remporté par des moins disant ? Y a-t-il eu favoritisme ou délit d’initié dans cette affaire ?

Le PDG de l’Opam, Youssouf M. Touré que nous avons rapproché dit ne rien reproché à la commission de dépouillement composée des agents du Trésor public, du CSA et de l’Opam. Dans la note technique qu’il a bien voulu lire en notre présence, la Primature via le CSA a fait injonction à l’Opam de lui envoyer les documents de l’offre.

La démarche de la Primature visait, selon le PDG, à voir s’il n’y a pas eu faille dans l’opération. Il faut préciser que des voix s’étaient élevées pour protester contre les conditions d’attribution de l’offre. Ces protestations ont été certainement entendues en haut lieu.

Le document mis à la disposition de la Primature le 28 mai y a passé 18 jours. Entre-temps, les trois adjudicataires (Fikane-SA, SMCC-SA et Astan Kouma) se sont désistés. Aux dires du PDG, ces derniers ont signifié qu’ils n’étaient plus en mesure d’honorer leurs engagements pour des raisons de délai et d’engagement avec leurs fournisseurs. C’est ainsi que GGB Bakoré Sylla étant seul en course et ayant manifesté son intérêt et sa capacité à satisfaire le marché a été retenu.

La question qu’on est en droit de se poser est de savoir les raisons de l’implication de la Primature dans un appel d’offres attribué à des sociétés dont l’offre respecte toutes les conditions de forme et de fonds. Est-ce que le mécontentement d’un individu doit-il empêcher l’attribution du marché aux plus méritants ou le gouvernement est-il juge et partie dans cette nième affaire scabreuse ?

Abdrahamane Dicko

30 Juillet 2008