Partager

Le mouvement pro-démocratie congolais Lutte pour le changement (Lucha) a appelé mardi à des marches le 3 septembre pour exiger l’abandon des « machines à voter » lors des élections du 23 décembre en RD Congo, après le retrait de Joseph Kabila de la course à la présidence. Ces marches, prévues « sur toute l’étendue de la République », « partiront des quartiers jusqu’aux sièges de la commission électorale pour exiger le retrait des machines à voter et la mise en œuvre des recommandations du rapport d’audit de l’OIF » (Organisation internationale de la francophonie), a annoncé ce mouvement de jeunes indignés au cours de conférences tenues dans plusieurs villes du pays. Ces conférences de presse à Kinshasa, Goma, Bukavu…se sont tenues sans incident alors que les manifestations de Lucha sont systématiquement interdites et dispersées. En mai, l’OIF avait identifié plusieurs millions d’électeurs sans empreintes digitales sur le fichier électoral, qui recense quelque 40 millions d’électeurs au total. L’opposition qualifie de « machines à tricher » les machines de fabrication sud-coréenne, qui servent à choisir les candidats et à imprimer les bulletins de vote. « Notre peuple ne peut pas et ne doit pas accepter un simulacre d’élection où Joseph Kabila resterait néanmoins maître absolu du processus électoral ».AFP