Partager

“ANW ” ( Nous en bambara) est une plateforme sociale qui représente pleinement la jeunesse. ANW est une association à but non lucratif et se dit exempte de toute ambition politique. Elle se vante d’ailleurs d’être complètement neutre sur ce point. Mise en place officiellement le 29 Novembre 2018, la plateforme compte à ce jour plus de 29 membres actifs. Le but est de rassembler des jeunes dynamiques et ambitieux pour choisir des représentants politiques visionnaires; ils comptent aussi lutter pour une meilleure représentativité des jeunes et des femmes dans les instances étatiques de prise de décisions. Leur principal crédo, “ l’insertion et l’implication des jeunes et femmes compétents, dans les postes de responsabilité et les instances de prise de décisions au Mali “.

ANW est dirigé par un jeune expérimenté pour avoir été président des étudiants d’Intec Sup. Mahamadou Kouyaté, de son vrai nom, est aussi président fondateur de la coordination national d’étudiants des Universités privés du Mali. Président de la jeunesse de Kalaban coura, entrepreneur et aujourd’hui président de la plateforme “ANW”. Il est accompagné par trois adjoints : Fatoumata Fofana, Aly Kouma et Modibo Makalou. Tous des jeunes dont l’ambition est de mise pour assurer, parfaire et appuyer les ambition de leur plateforme interactive.

Interview avec le président MAhamadou Kouyaté.

Présentez-nous votre plateforme “ANW”.

C’est une plateforme qui vise à favoriser l’entrée des jeunes dans les postes de responsabilité au Mali. Lors de l’élection présidentielle passée, on a constaté une division au sein de la jeunesse malienne. Des gens qui criaient à tout va qu’il faut le changement mais allaient à l’encontre de ces principes. On a donc pensé plus judicieux que nos jeunes représentants devraient être des jeunes dirigeants et dirigeantes dynamiques et crédibles; qui auront le profil idéal. C’est pourquoi nous avons initié l’idée de cette plateforme pour la jeunesse qui représente aujourd’hui plus que la moitié de la population.

Quels sont les actions entreprises par votre association ? Et comment comptez-vous améliorer l’implication et l’insertion des jeunes et femmes dans les instances de prise de décision au Mali ?

Les activités que nous comptions faire sont la formation pour que ces jeunes puissent répondre aux attentes du monde professionnel et augmenter leur chance d’accéder aux postes de prise décision. D’une autre part, c’est la plaidoirie; en vue de lutter contre la corruption. Nous prévoyons aussi de faire beaucoup de sensibilisation autour de différents sujets sur les problématiques socio-économiques du pays.

Compte tenu de la situation socio-économique que connaît le Mali ( marche interdite de l’opposition, le centre insécurisé, le chômage des jeunes…),
quels sont les actions prioritaires pour votre plateforme en vue d’entamer vos actions de plaidoiries ?

Notre priorité c’est de faire de la plaidoirie sur la sécurité. Nous pensons réellement que les autorités doivent mettre des dispositifs sécuritaires de haut niveau en place pour que le centre soit sécurisé. Sans la sécurité, le chômage, la représentativité des couches dans les instances politiques, ne seront que secondaires. La plateforme “ANW” a d’ailleurs des projets de plaidoiries et de médiations entre les maliens du centre.

Vos actions ressemblent un tantinet à celles d’une autre plateforme sociale ( Transformons le Mali ). Comptiez-vous unir vos forces pour converger vers les mêmes objectifs ?

Effectivement, nous comptons joindre nos forces à cette plateforme qui a été l’une des premières plateformes que nous avons approchées. Le but est effectivement s’unir pour pouvoir donner vie à nos idées, nos projets pour le pays.

Quelles sont vos ambitions à long terme ( dans 5 à 10 ans )

Nous sommes constitués de jeunes et représentons donc plus de la moitié de la population. Aujourd’hui il y a un quota de plus de 30% de femmes représentées dans l’Assemblée Nationale. Notre ambition est de mettre en place un quota de jeunes dans cette même Assemblée; qu’il soit voté ou pas. Car c’est la jeunesse qui sera au devant de la scène de ces instances de prise de décisions. L’urgence est de former cette jeunesse ambitieuse et de changer leur mentalité pour leur faire savoir que notre avenir nous appartient. L’implication de cette frange de la société est primordiale pour qu’on converge vers un Mali émergent.

Un message ?

Très souvent, nous disons tous que nous voulons l’émergence du pays mais ce ne serait possible sans l’implication de la jeunesse. Qui parle d’implication parle de sacrifice, pour cela nous devons arrêter de jeter les fautes uniquement sur l’Etat. La question est : Qu’est ce qu’on fait pour ce pays ? On dit que chaque génération a le choix entre trahir ou accomplir sa mission, je suis sûr que la nôtre décidera de relever les défis, de prendre notre destin en main et de l’accomplir.

Aissata Keita

Bamako, le 18 Décembre 2018

©AFRIBONE