Partager

Les islamistes du Mouvement pour l’Unicité et le Jihad en Afrique de l’ouest (MUJAO) qui occupent Ansongo comme d’autres villes du nord se sont encore tristement illustrés en fin de semaine.

Cette fois-ci, ce sont deux jeunes réparateurs de motos qui ont été les victimes de leurs exactions. Accusés de détention illégale et de consommation de drogue, Harouna Madou et Mahamadou Alousseiny ont reçu chacun 300 coups de fouets. La scène ignoble s’est déroulée après la grande prière du vendredi sur la place de l’Indépendance devant une foule nombreuse et impuissante.

Comme à l’accoutumée, pendant que les coups de fouets pleuvaient sur eux, les deux victimes étaient contraintes de prononcer au fur et à mesure « Allah Akbar » (Dieu est Grand, ndlr). Les deux jeunes sont tous natifs d’Ansongo. Depuis que le MUJAO occupe le cercle d’Ansongo après avoir chassé les rebelles du Mnla, c’est la première fois qu’autant de coups de fouets sont administrés à des accusés.

Par ailleurs, depuis l’occupation de Douentza il y a une semaine, les populations de Gao et Ansongo ont constaté une forte présence des islamistes. Toujours lourdement armés, ils patrouillent à bord de dizaines de 4×4 dans les rues des deux villes.

On se rappelle que fin août, trois jeunes gens avaient été fouettés sur la place de l’Indépendance pour « détention de stupéfiant ». Deux semaines auparavant, un présumé voleur de la commune de Tinhamma s’était vu amputer de la main droite.

Lundi 10 septembre 2012, par S. K. HAIDARA (AMAP – Ansongo)

Essor