Partager

Les populations de la ville d’Ansongo et de Gao, sorties très nombreuses, ont réservé un accueil digne de ce nom au candidat de l’URD, Soumaïla Cissé. Elles lui ont promis la victoire dès le 1er tour de l’élection présidentielle du 28 juillet avec un score jamais égalé.

A 72 h de l’ouverture de la campagne électorale, le candidat de l’URD, Soumaïla Cissé, a entamé une tournée nationale. Première étape du périple : Ansongo et Gao. La forte mobilisation des militants URD/PDES des deux villes lui a permis de mesurer l’état de santé et leur grande implantation. Mardi 2 juillet, il est 13 h 25. L’avion transportant le candidat de l’URD, habillé en boubou blanc, chéchia et babouches blanches, atterrit sur l’aéroport de Gao (QG des forces Serval).

Accompagné des membres de son parti et ceux du PDES (ils ont décidé de soutenir le candidat Soumi à la présidentielle dès le 1er tour), l’ancien président de la Commission de l’Uémoa est accueilli à sa descente d’avion par le maire de Gao, Sadou Diallo et plusieurs autres membres des deux partis. Après les salamalecs, la délégation rend une visite au gouverneur de la Cité des Askia, le général Mamadou Adama Diallo.

Les échanges avec le chef de l’exécutif ont porté sur la situation politico-sécuritaire dans la région. Le général Diallo a informé son hôte des conditions d’installation de l’administration à Gao. A ses dires, le commandement (préfets et sous-préfets) sont en train de s’installer. Ce qui augure, a-t-il souligné, « des signes d’espoir pour la tenue de l’élection présidentielle du 28 juillet ».

Sur le retrait des cartes d’électeurs, le gouverneur a laissé entendre que ce travail a commencé dans tous les chefs-lieux de cercles, les communes avec de réel engouement des populations, malgré quelques difficultés rencontrées dans certaines localités dont le Nord de Ménaka (qui débouche sur Kidal). Toutefois, dira le gouverneur Diallo, « tout est en train d’être mis en œuvre par les autorités politiques et administratives pour que les scrutins se tiennent dans les meilleures conditions ». Avant de prendre congé de son hôte, le gouverneur a souhaité une très bonne chance au candidat URD.

A quelques encablures de la résidence du gouverneur, Soumaïla Cissé, s’est rendu au « PC Maliba », où il a rencontré les militaires maliens. En présence du colonel Abdoulaye Coulibaly, chef d’état-major de l’opération Maliba à Gao, il a salué l’engagement, le courage des soldats qui sont en train de tout donner pour que la paix revienne dans le Nord du pays.

Il a aussi mis l’accent sur la bravoure, le courage des militaires, policiers, gardes, protection civile confrontés à des difficultés de tous genres. Et de lancer : « Certes on fait de la politique, mais on a un cœur qui pleure. Nous allons remplir les devoirs qui nous incombent », a dit Soumi. Dans sa programmation militaire, la dotation de l’armée en armement adéquat sera au centre de ses préoccupations.

Le colonel Abdoulaye Coulibaly a remercié et félicité Soumaïla Cissé pour les propos qu’il a tenus. Du fond du cœur, il a souhaité une bonne chance au candidat sous les tonnerres d’applaudissement de la salle.

Situé à 100 km de la Cité des Askia, Ansongo, la ville guerrière, a accueilli son premier candidat à l’élection présidentielle. Escorté par les forces maliennes, Soumi et sa suite ont accepté d’affronter le soleil de plomb pour se rendre à Ansongo.

Tout le long de son trajet, les populations des villages le long de l’axe ont abandonné tous les travaux pour applaudir leur candidat préféré. De Gouti Gargouna à Bara en passant par Tizimizi (village du maire de Gao), et Monzonga, jeunes, vieux, enfants sorti très nombreux n’avaient qu’un slogan : « Vive Soumaïla ! Soumaïla président ».

La détermination à porter leur candidat se lisait sur les visages et à travers les propos. « Seul Soumaïla est l’homme qu’il faut pour sortir le Mali de la situation que nous vivons. Nous tous allons voter pour lui », ont promis des chefs de famille rencontrés à Tizimizi. En retour, le candidat a remercié le courage des militants qui ont quitté des villages, hameaux lointain pour sa rencontre.

L’ambiance des plus festives a atteint sa vitesse de croisière dans la ville d’Ansongo. Une longue file composée de militants de l’URD et du PDES en tête les maires et conseillers a réservé un accueil digne de ce nom à la délégation. Après une prise de contact avec les militants, l’auteur du livre « De belles années au service de l’intégration régionale » (paru chez Eburnie) a rendu visite au préfet et au chef de village.

Le passage à Ansongo s’est terminé par une assemblée générale au siège du PDES et la visite des certaines notabilités.

La journée marathon n’a pas empêché Soumaïla de tenir une assemblée générale nocturne dans la ville de Gao. Au siège du PDES et de l’URD, c’était encore un monde acquis à la cause du candidat qui est venu écouter les propos « combien rassurants » de celui qui ambitionne de placer le Mali au cœur du développement. Outre sa satisfaction de voir une grande mobilisation du PDES et de l’URD à Gao contrairement à certaines allégations qui font état de son déclin, il a exhorté les populations à retirer leurs cartes Nina avec un seul objectif : la victoire au soir du 28 juillet.

Tour à tour, le maire de Gao, Sadou Diallo, Adama Yacouba Touré tous du PDES, ont démenti la « mort » de leur parti dans la Cité des Askia. « Nous sommes bien implantés et nous le prouverons à l’issue de l’élection présidentielle », ont-ils promis à leurs détracteurs.

« L’URD et le PDES dégagent la majorité à Gao et à Ansongo », a fait valoir une représentante des femmes. Les militants donnent rendez-vous à Soumaïla Cissé le 28 juillet avec la promesse de l’élire dès le premier tour de l’élection.

Amadou Sidibé

(envoyé spécial)

Les Échos du 04 Juillet 2013