Partager

Aussitôt après avoir pris les décisions d’annulation de l’intégration de 209 fonctionnaires et de 54 contractuels dans la Fonction Publique, le ministre en charge de cette question, Mamadou Namory Traoré, a animé une conférence de presse, le mercredi 3 septembre dernier à son cabinet. Au cours de cette rencontre avec les journalistes, le ministre a expliqué le bien fondé de ces décisions.

La décision de radiation de ces «Maliens privilégiés» de la Fonction publique a été par le ministre Traoré le 2 septembre. Suite à cette mesure, ceux-ci s’étaient regroupés devant le ministère pour contester cette décision. C’est pour cette raison que le ministre Mamadou Namory Traoré a décidé de rencontrer les journalistes, pour prendre à témoin l’opinion publique concernant le bien fondé de ses décisions.

D’entrée de jeu, le ministre a expliqué ces personnes occupaient des emplois publics. Au Mali, pour pourvoir ce type d’emplois, il faut obligatoirement passer par la voie d’un concours ouvert à tous. Quelle ne fut donc la surprise du ministre de découvrir que ces agents avaient intégré la fonction publique sans passer de concours, foulant aux pieds, du coup, le principe de l’égalité et de l’équité dans l’accès aux emplois publics.

C’est pourquoi, suite à des dénonciations quotidiennes par rapport à cette situation, il a diligenté des enquêtes pour dénicher les illégalités. «Mon rôle, c’est de pourvoir les emplois publics dans l’équité et l’égalité des chances. C’est une obligation que les emplois publics soient accessibles à tous. Quand j’ai découvert cette situation, je ne pouvais pas la laisser comme telle. Lorsqu’un ministre découvre une telle faute et qu’il ne dit rien, quel crédit a-t-il?».

Avant de poursuivre en ajoutant que ces intégrations avaient été effectuées en violation flagrante des textes. Toute chose qui est inadmissible dans un pays où les jeunes sont confrontés à des problèmes pour se trouver un emploi. D’où ses interrogations: «est-ce qu’ils sont plus Maliens que les autres? Sont-ils fiers, eux-mêmes, d’être entrés dans la fonction publique par la petite porte? Désormais, ce sera tolérance zéro dans les concours de recrutement dans la fonction publique. Tous ce qui seront pris en défaut seront sanctionnés conformément à la loi».

Pour le ministre Mamadou Namory Traoré, au-delà de tout, c’est la crédibilité de notre administration qui est en jeu. A ses dires, de tels comportements ternissent l’image de notre pays. Et, pour corriger cette injustice, dans les semaines à venir, le ministre Traoré a assuré qu’il publierait la liste des postes nouvellement ouverts. C’est dire donc que tous ceux qui ont été radiés seront remplacés par le biais d’un concours de recrutement ouvert à tous les Maliens qui remplissent les conditions requises. Mieux, pour situer toutes les responsabilités dans cette affaire, le ministre de la Fonction Publique et de la Réforme Administrative a fait appel aux services du Vérificateur Général, qui sont en train mener toutes les investigations nécessaires et lui transmettront un rapport de leurs constatations.

Youssouf Diallo

22 Septembre du 8 Octobre 2012