Partager

Le ministre de l’Environnement, de l’Assainissement et du Développement durable, Modibo Koné, a inauguré, mardi dernier, le laboratoire d’analyse des eaux usées de l’Agence nationale de gestion des stations d’épuration du Mali (Angesem), sise à Sotuba. L’événement était couplé à la visite des chantiers de construction de la station de traitement des boues de vidange. Cette descente sur le terrain du ministre en charge de l’Environnement s’inscrit dans le cadre des activités de la 22è édition de la Quinzaine de l’environnement. À cette occasion, il était accompagné des ses proches collaborateurs.

Comme contribution à l’édition 2021, l’Angesem a organisé une journée pour l’inauguration de son nouveau laboratoire et une visite de chantiers. C’est dans ce cadre que l’ancien président directeur général de la CMDT a visité les chantiers de construction d’une station de traitement des boues de vidange (STBV), au niveau de la station de traitement des eaux usées industrielles de Sotuba. 

Cette STBV, entièrement financée par la Minusma, a une capacité journalière estimée à 200 m3. Elle permettra à la fois d’améliorer la qualité du traitement de la STEP de Sotuba et de soulager les vidangeurs qui manquent en ce moment d’hivernage de lieu de déversement. 

Après cette visite, le ministre Koné a inauguré le laboratoire de l’Angesem, fruit de la coopération entre cette agence et le projet Blue-Deal. Ce dernier, initié par les agences néerlandaises de l’eau, est un programme de renforcement des capacités de l’Angesem. Le coût total de l’installation du laboratoire est estimé à 70 millions de Fcfa.

La contribution de Blue-Deal se chiffre à 10 millions de Fcfa, englobant les travaux d’aménagement et de transformation de la salle en laboratoire, la formation du personnel à l’utilisation des nouveaux appareils et la gestion d’un laboratoire. Les appareils et équipements du laboratoire ont été acquis par l’Angesem sur deux exercices budgétaires pour un coût total évalué à 60 millions de Fcfa. 

«Je suis agréablement surpris par les installations que je viens de voir ici. Dans le nouveau Mali, je pense que c’est porteur d’espoir pour nos populations mais aussi pour nos services. Ce laboratoire nous permet de prévenir des dangers que nous courons par rapport à la consommation d’eau et à l’utilisation des eaux usées. 

C’est encore quelque chose de mieux pour notre pays», a déclaré Modibo Koné. Il a invité les donateurs, notamment les Pays-Bas, la Minusma et le projet Blue-Deal à aider notre pays pour la réalisation de cette infrastructure dans toutes nos régions et communes, afin, selon lui, de sauver davantage de vies humaines et préserver la santé de nos populations, nécessaire pour un développement durable et une prospérité partagée.

Pour sa part, la directrice générale de l’Angesem a rappelé que la mission principale de son Agence est la gestion des stations d’épuration, de traitement des eaux usées. «Quand on parle de traitement d’eaux usées, on doit penser à l’efficacité du traitement du début jusqu’à la fin du processus. 

Pour cela, il est nécessaire de réaliser des analyses. Pour ce faire, en plus de l’existant, il fallait chercher un laboratoire qui réponde aux exigences de qualité et de normes que nous voulons… », a expliqué Mme Konaké Ouma Djénéba Mahamane. Donc, ces ouvrages viennent en complément à la station qui existait déjà et mise en service depuis 2009. Car, il fallait mettre en place un dispositif pouvant recevoir les boues qui sont riches en matières organiques. Pour rappel, la Quinzaine de l’environnement a été initiée en 1999 par le ministère en charge de l’Environnement. 

Elle est une période de communication intense pour tirer la sonnette d’alarme sur les grands défis environnementaux du moment et d’incitation des populations à un changement de comportement. 
Organisée par l’Agence de l’environnement et du développement durable (AEDD), elle s’étale sur une période qui englobe la Journée mondiale de l’environnement célébrée le 5 juin et la Journée internationale de lutte contre la désertification et la sécheresse prévue pour le 17 juin. La Quinzaine de l’environnement se déroule sur l’ensemble du territoire national.

Makan SISSOKO

Source: L’Essor