Partager

Le samedi 28 août 2010, le Club Unesco de Sénou, avec le Centre Africa Obota et la Fondation Konrad Adenaur, a organisé une conférence débats sur l’ancrage démocratique au Mali. Le thème portait sur : «la contribution des organisations de la jeunesse dans l’ancrage démocratique au Mali».

Pour exposer ce thème capital, les initiateurs ont porté leur choix sur M. Ousmane Bamba, juriste de son état. L’orateur a d’entrée de jeu souligné avoir hésité d’exposer le sujet quand la proposition lui a été faite par son ami Oumar Maiga. Car, pour lui, la contribution de la jeunesse et des organisations de jeunesse a été déterminante dans l’avènement de la démocratie au Mali et non dans l’ancrage de la démocratie. Ce qui a poussé le conférencier à s’interroger si la jeunesse malienne ou les associations de jeunesse aiment autant la démocratie malienne accouchée durement.

Ousmane Bamba s’est dit convaincu qu’il existe des jeunes qui disent constamment oui à des politiciens d’un même front qui viennent les inciter avec des tee-shirts ou du thé pour acheter leur conscience et leur bulletin de vote, argument le plus assuré qu’ils aient jamais eu dans les mains pour changer les dispositions.

Malgré tout, le tribun a déclaré qu’il a confiance en la jeunesse dont une partie aime la démocratie la défend et la soutient. De son point de vue, c’est cette jeunesse qui sera la jeunesse des cinquante ans à venir.

A la lumière de ces explications, il a fait savoir à l’assistance : «Vous aurez donc compris que je ne suis pas venu ici pour approuver des rares actions de jeunesse que vous avez eu à conduire. C’est pour vous dire que c’est la jeunesse qui a fait entrer le Mali dans l’ère de la démocratie, c’est-à-dire que c’est elle qui a fait tomber le dictateur. Donc, je sui venu ici pour dire que la jeunesse doit encore faire mieux pour protéger et sauvegarder notre démocratie, parce qu’au regard de ce qui se passe, la démocratie n’est jamais un acquis définitif. C’est un arbre que la jeunesse doit continuer à protéger des prédateurs, arroser pour qu’il donne les fruits de l’Etat de droit et de la bonne gouvernance pour plus de prospérité et de mieux être pour le Mali et les Maliens, seul objectif de la démocratie».

Son interpellation à l’endroit de la jeunesse pour leur part de contribution à l’ancrage démocratique ne s’est pas fait attendre. Pour réaliser cela, il a appelé les jeunes à préserver l’essentiel afin de ne pas jeter le bébé avec l’eau du bain. C’est-à-dire que la jeunesse devrait aimer, vouloir la démocratie et s’efforcer de se précipiter au vote. Aux dires du conférencier, le droit de vote a eu lieu suite à un long combat pour l’avènement de la démocratie. «Vous devez être fiers de votre bulletin de vote parce que de tout temps, la démocratie n’a pas été un exercice pour tous. L’arme dont dispose le pauvre pour changer les choses, c’est le vote. Il est le premier exercice d’égalité, parce que le bulletin de vote du pauvre et du riche, de l’inculte comme du savant, de l’homme comme de la femme, a la même valeur et la même incidence sur le cours du vote sans tripatouillage», a indiqué Ousmane Bamba.

Pour Bamba, une autre manière de contribuer à l’ancrage de la démocratie, c’est de constituer une société civile forte à l’avant-garde de la démocratie. Cela pour qu’à chaque fois que le droit du peuple est maltraité pour elle trouve les moyens de s’exprimer et de faire connaître son opinion de façon pacifique et légale. Par exemple, quand la liberté de la presse est bafouée, elle doit être solidaire. Et à chaque fois qu’une parcelle de notre liberté chèrement acquise est compromise, elle devra être à l’avant-garde, prête à agir, mais de façon légale et pacifique.

Pour terminer son intervention, le conférencier a fait remarquer que l’ancrage démocratique passe nécessairement par le respect de l’Etat de droit. Pour cela, Bamba a exhorté les jeunes à accepter d’étudier, car une jeunesse improductive n’a jamais construit une démocratie.

Hamada B. Fofana

06 Septembre 2010.