Partager


Un produit de mauvaise qualité ternie l’image de l’entreprise qui perd toute fiabilité et la confiance du client.
A l’occasion de son 10e anniversaire, l’Association malienne pour la qualité (Amaq) a organisé le vendredi 6 juin 2008 une conférence de presse à la Maison de la presse.

« Il s’agit, pour nous, d’inviter les journalistes à s’intéresser davantage à la question de la qualité », a affirmé la directrice. Mme Diarra Aïcha Maïga a soutenu que plusieurs auteurs ont tenté de donner une définition de la qualité.

Considérée par certains comme « l’aptitude à satisfaire un client, à satisfaire les besoins du consommateur ou encore l’aptitude d’un ensemble de caractéristiques intrinsèques à satisfaire des exigences » et par d’autres comme, « la convenance à l’usage, l’aptitude à l’emploi », la qualité, selon la présidente de l’Amaq, fait toujours allusion à la satisfaction. Mais, a-t-elle poursuivi, la satisfaction elle-même présente des caractéristiques (subjectivité, relativité et évolution).

Pour la conférencière, l’argument commercial, la marque de sérieux et de confiance, la loyauté des clients conduisant à un renouvellement des relations d’affaires, l’augmentation des parts de marché sont d’autres avantages de la qualité.

Créée le 14 août 1997, l’Amaq est une association qui œuvre à la promotion de la démarche qualité et l’amélioration continue des produits et services.

Amadou Waïgalo

09 Juin 2008